single

Les acteurs nationaux et sous-régionaux de la lutte contre les gaz à effet de serre se sont réunis du 29 au 30 mars pour valider le rapport de l’étude de l’économie de carburant des véhicules au Mali et de clôture du projet portant sur les politiques de véhicules propres et efficients. C’était au Centre de formation pour le développement à Hamdallaye ACI 2000, sous la présidence du conseiller technique du ministère de l’Environnement, de l’Assainissement et du Développement durable, Drissa Traoré. Le représentant de la Cedeao à Abuja, Bernard Koffi, celui du Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE) au Kenya, Jane Kumu et le consultant Hyacinthe Naré basé au Canada ont également pris part aux travaux par visioconférence.

Le projet de l’étude d’économie de carburant des véhicules au Mali, selon son coordinateur, Dr Diaouré Cissé, vise à réduire l’émission de gaz à effet de serre ou la transition à la non émission de gaz à effet de serre dans le secteur des transports pour améliorer la qualité de l’air et mitiger les effets du changement climatique. Il ajoutera que la présente étude sur l’économie des carburants qui constitue le socle du projet, a été menée dans la quasi-totalité des pays de la Cedeao, sur un financement de plus de 25 millions de Fcfa du PNUE. L’Initiative mondiale pour l’économie de carburant, en anglais Global Fuel Economy Initiative (GFE), est un partenariat de six organisations.

Il s’agit de l’Agence internationale pour l’énergie (AIE), l’International Transport Fédération (ITF), le Programme des Nations unies pour l’Environnement, International Council on Clean Transportation, University of California Davis et FIA Fondation. L’objectif de ces organisations est de promouvoir une amélioration substantielle de l’économie de carburant des véhicules. En plus de contribuer aux efforts visant à limiter les effets du changement climatique, à renforcer la sécurité énergétique et promouvoir la mobilité durable de l’échelle mondiale.

L’objectif de GFEI est d’aider les pays en développement et en transition à préparer et à adopter des stratégies de véhicules plus propres et plus efficaces, a expliqué Jane Kumu. Elle a indiqué que le GFEI est une collaboration de six organisations partenaires, dont le PNUE qui cherchent à s’associer avec des pays en développement pour préparer et définir des politiques d’efficacité énergétique des véhicules.

Le représentant de la Cedeao au Kenya a confirmé que le but du GFEI est de contribuer à la stabilisation des émissions de gaz à effet de serre produits par la flotte mondiale de véhicules légers grâce à une amélioration de 50% du rendement du carburant des véhicules d’ici à 2050, a développé le conseiller technique, Drissa Traoré. Pour lui, cela passe par l’adoption de carburants plus propres et de véhicules propres et efficients.

Au terme des travaux, les participants ont formulé en termes de recommandations que le Mali postule au Programme de mobilité électrique de l’ONU-Environnement sur la base de ses allocations du FEM 8. La rencontre a également suggéré la mise en œuvre du Projet de Tramway sur pneus de la mairie du District de Bamako et d’entreprendre et encourager l’implantation. Elle a recommandé de faire une large campagne de communication et de sensibilisation pour l’adoption des véhicules à zéro émission et d’appliquer correctement les directives de la Cedeao sur l’âge des véhicules et les normes des carburants. Enfin, l’atelier a exhorté à l’implication de tous les acteurs à toutes les phases de la mise en œuvre desdites directives et de créer un cadre de concertation national pour le suivi des recommandations de l’atelier.


Yacouba TRAORÉ

autho

Yacouba Traoré

ARTICLES CONNEXES

VOIR TOUT

LES PLUS RECENTS

VOIR TOUT

LES PLUS LUS

VOIR TOUT

TWITTER