single

344 vaccinateurs et 516 volontaires sont mobilisés pour cette phase qui cible les agents de santé, les personnes âgées et celles atteintes de comorbidités

C’est parti pour la campagne de vaccination contre la Covid-19 dans la capitale. La première dose du vaccin AstraZeneca a été inoculée, hier au Centre hospitalo-universitaire (CHU) du Point G, à la ministre de la Santé et du Développement social, Dr Fanta Siby. Le représentant résident de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), Dr Jean Pierre Baptiste et de la représentante du Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef) dans notre pays, Mme Sylvie Fouet, ont aussi reçu des doses de cet antigène destiné à immuniser contre une maladie meurtrière, la Covid-19.

Vingt-six jours après la réception des doses d’AstraZeneca dans le cadre du mécanisme Covax (une initiative qui vise à faciliter l’acquisition des vaccins anti-Covid-19 pour tous les pays), par le président de la Transition à l’Aéroport international Président Modibo Keïta-Sénou, notre pays vient de lancer sa campagne de vaccination contre la Covid-19 qui coûtera à l’État 294 millions de Fcfa.
Pour cette campagne qui cible le personnel socio-sanitaire au niveau des établissements publics, privés, confessionnels et parapublics, ne concernera que Bamako. Il est prévu d’administrer des doses de ce vaccin à 21.046 agents socio-sanitaires, 52.614 personnes âgées de 60 ans ou plus mais aussi à 780.921 personnes vivant avec des comorbidités, des maladies chroniques ou graves pouvant être des facteurs de complication.

Pour la ministre en charge de la Santé, cette cérémonie traduit l’engagement des plus hautes autorités du pays en faveur des activités de lutte contre la Covid-19. Elle est aussi pour l’État et ses partenaires techniques et financiers, le reflet de la recherche constante d’un état de bien-être physique, mental et social au profit des couches les plus vulnérables.
«La campagne débute par le personnel socio socio-sanitaire qui se trouve en première ligne dans la lutte anti-Covid-19 et durera une semaine. Ensuite deux autres cibles, notamment les personnes âgées de 60 ans et plus et celles vivant avec les comorbidités suivront», a relevé Dr Fanta Siby.
Pour vacciner les cibles, les stratégies fixe, mobile et avancée seront utilisées pour atteindre les cibles au niveau des Centres de santé de référence (Csref), des Centres de santé communautaire (Cscom), des hôpitaux et structures de santé privée. Pour cette phase, 344 vaccinateurs et 516 volontaires sont mobilisés.

La ministre en charge de la Santé a souligné que la vaccination contre la Covid-19 constitue de nos jours un moyen sûr et efficace et mérite d’être soutenue par une bonne communication pour rassurer la population. Et d’expliquer que son département et les partenaires ont pris toutes les dispositions en vue du bon déroulement de la campagne.

Les volontaires ne se sont pas faits prier pour se plier au rituel

Quant à Dr Jean Pierre Baptiste, il a indiqué que les vaccins anti-Covid-19 confèrent une protection contre la maladie en déclenchant une réponse immunitaire contre le SARS-Co V-2.
Ce vaccin, selon lui, permettra d’obtenir une immunité acquise, ce qui permettra d’aider à combattre le virus qui est exposé. «Se faire vacciner peut également protéger les personnes autour de vous, car si vous êtes protégés contre l’infection vous êtes moins susceptible de contaminer quelqu’un d’autre», a confirmé le représentant de l’OMS.

Il ajoutera que c’est particulièrement important de protéger les personnes les plus à risque de développer une forme sévère de Covid-19 tels que les soignants, les personnes âgées et les personnes atteintes d’autres maladies. En outre, Dr Jean Pierre Baptiste affirmera qu’à ce jour, plus de 20 millions de doses du vaccin AstraZeneca ont été administrées en Europe et plus de 27 millions de doses du vaccin Covishield administrées en Inde. Il a assuré que les vaccins sont sûrs et leurs effets secondaires sont en général mineurs et temporaires comme un bras endolori ou une faible fièvre.

Des effets indésirables plus sérieux sont possibles, mais extrêmement rares, a-t-il dit, avant d’inciter les cibles à se faire vacciner. Il a également invité les autorités régionales, locales, les leaders religieux, les chefs traditionnels et les enseignants à ne ménager aucun effort dans la grande mobilisation afin que toutes les cibles prioritaires reçoivent deux doses de vaccin anti-Covid-19.
La représentante de l’Unicef a fait chorus. Mme Sylvie Fouet a fait savoir que personne n’est à l’abri tant que «nous ne sommes pas tous protégés». Pour elle, il est important de vacciner progressivement le plus grand nombre de personnes pour parvenir à une immunité collective qui permettra de circonscrire la maladie et de sauver des vies.

La représente de l’organisation onusienne a également réitéré la disponibilité des partenaires à accompagner le gouvernement, en apportant son savoir-faire en matière de vaccination mais aussi sa contribution à la réussite de cette opération. Tous les intervenants ont unanimement salué le personnel socio-sanitaire pour sa bravoure, son courage et sa détermination à vaincre la pandémie.


Fatoumata NAPHO

autho

Fatoumata Napho

ARTICLES CONNEXES

VOIR TOUT

LES PLUS RECENTS

VOIR TOUT

LES PLUS LUS

VOIR TOUT

TWITTER