single

173.000 personnes avaient été vaccinées sur lesquelles 86.477 ont reçu la 2è dose

La deuxième dose du vaccin AstraZeneca est désormais disponible pour nos compatriotes à qui on avait administré une première dose. Pour cette campagne de vaccination contre la Covid-19 qui court jusqu’au 30 novembre prochain, notre pays a réceptionné, le 14 août dernier, 79.200 doses de cet antigène.

Pour informer l’opinion sur la gestion de ces doses de vaccin, le ministère de la Santé et du Développement social a tenu, hier, un point de presse dans la salle de conférence du département. Le conseiller technique au ministère en charge de la Santé, Sékou Oumar Dembélé, le directeur général de l’Institut national de santé publique (INSP), Pr Samba Ousmane Sow et le chef de la Section immunisation au Centre national d’immunisation (CNI), Dr Ibrahim Diarra, étaient les conférenciers.

Le chef de la Section immunisation a rappelé que la campagne pour l’administration de la première dose s’est tenue du 31 mars au 10 juillet dernier. Elle a permis de vacciner un peu plus de 173.000 personnes sur lesquelles 86.477 ont ensuite reçu une deuxième dose. Il a invité les personnes en attente de deuxième dose à se présenter avec leur carte de vaccination sur les sites où elles avaient été vaccinées afin d’en recevoir. Le conférencier a tenu à préciser que des doses de ce vaccin ont été envoyées à Koulikoro et Kayes par le ministère de la Santé et du Développement social.

Il s’est empressé de préciser que des dispositions sont prises pour acheminer des doses d’autres régions, notamment Sikasso, Ségou et Gao.
«Les personnes ciblées par cette vaccination sont celles qui présentent une comorbidité, le personnel socio-sanitaire, les personnes âgées de 60 et plus», a rappelé Dr Ibrahim Diarra. Sur les possibles effets indésirables du vaccin, il a affirmé que ceux qui ont été enregistrés jusque-là (en tout cas pour l’administration de la première dose du vaccin AstraZeneca) sont mineurs. Il a surtout assuré que ces vaccins sont sûrs et efficaces.

Le chef de la Section immunisation au Centre national d’immunisation s’est aussi prononcé sur la campagne de vaccination avec le vaccin «Johnson and Johnson». Et de préciser que la vaccination avec cet antigène est en cours dans les Régions de Mopti, Kayes et Tombouctou. Celles de Kidal, Gao, Taoudénit et Ménaka ont aussi reçu leurs doses. Il a aussi indiqué que d’autres vaccins sont attendus, notamment des doses de Sinovac et Johnson and Johnson pour combler le gap et protéger nos compatriotes.

Le Pr Samba Ousmane Sow, autre conférencier, a insisté sur la nécessité et l’importance de l’expérimentation des vaccins pour notre pays, notamment de l’essai solidarité. Selon lui, accepter d’être volontaire à cette étude est une contribution à sauver l’humanité.

Le représentant de l’inter profession de la santé, Dr Adama Issa Koné, a expliqué l’intérêt des ordres professionnels de la santé pour les campagnes de vaccination contre la Covid-19. «Nous faisons des plaidoyers auprès des ordres professionnels du Mali pour une mobilisation autour de la vaccination», a-t-il signalé.


Mohamed D. DIAWARA

autho

Mohamed D. Diawara

ARTICLES CONNEXES

VOIR TOUT

LES PLUS LUS

VOIR TOUT

TWITTER