single

L’Usjpb a intégré le télétravail et la formation à distance en raison de la situation sanitaire

En dépit du contexte difficile lié à la crise sécuritaire, aux multiples grèves des étudiants, des enseignants, des centrales syndicales, à la fermeture des écoles, des institutions d’enseignement supérieur (IES), au coup d’état du 18 août dernier et aux sanctions de la Cedeao, l’Université des sciences juridiques et politiques de Bamako (Usjpb) a pu maintenir le cap sur la consolidation des acquis. Les administrateurs étaient réunis, hier, au Rectorat sur la colline de Badalabougou pour la 10è session ordinaire du conseil de l’Université. La réunion était dirigée par la présidente du conseil, Mme Diarra Fatoumata Dembélé, en présence du recteur de l’USJPB, Pr Moussa Djiré.
Le compte rendu et l’exécution des recommandations de la précédente session, le rapport d’activités, de performance 2020 (RAP), le plan d’actions 2021, le projet annuel de performance (PAP) 2021, le contrat annuel de performance 2021 étaient les points inscrits à l’ordre du jour.

Les administrateurs se sont aussi prononcés sur l’exécution du rapport financier de 2020, le budget de 2021, le manuel de procédures administratives, financières et comptables, l’information relative sur la création de la clinique juridique de la Faculté de droit privé (FDPRI) et sur le Centre de formation et de perfectionnement à la Faculté des sciences administratives (FSAP). Pour l’exercice 2021, le budget de l’Usjpb s’élève à plus de 7,130 milliards de Fcfa contre 6,060 milliards de Fcfa en 2020, soit une augmentation de 17,65%. «Nous sortons d’une année académique très difficile du fait de la Covid-19 qui a affecté tous les aspects de la vie sociale et économique de notre pays, voire du monde», a constaté le recteur. Et de rappeler que la pandémie a obligé le gouvernement à prendre des mesures très contraignantes comme l’isolement, la distanciation sociale, la fermeture des écoles, bars et restaurants et l’instauration du couvre-feu.

Ces mesures contraignantes ont forcé l’Usjpb à puiser dans ses réserves et à faire preuve de résilience. En outre, l’Université a assumé la continuité pédagogique grâce aux sages orientations de son conseil et à un personnel dévoué pour la cause, a relevé le patron de l’USJPB. Avec son engagement, notera le Pr Moussa Djiré, l’Usjpb a intégré dans ses habitudes le télétravail, la formation à distance et doit boucler l’année académique 2018-2019 de la FDPRI. Elle a aussi inscrit sur la liste d’aptitude des maîtres de conférences de la Commission nationale d’établissement des listes d’aptitude pour les enseignants (CNELA), préparé quatre maîtres de conférences sur la liste d’aptitude des maîtres-assistants au concours d’agrégation du Conseil africain et malgache de l’enseignement supérieur (CAMES) en 2021.

à ces projets de travail, s’ajoutent les animations scientifiques comme le récent colloque international sur le «Développement local, paix et sécurité en Afrique de l’Ouest», tenu les 2 et 3 décembre 2020, le lancement du Projet «Esclavage et migrations forcées au Mali». La présidente du conseil de l’USJPB a déclaré que la session se tient dans un contexte particulier lié à la Covid-19. Et le gouvernement s’est vu contraint de recourir par deux fois à des mesures restreignant la bonne marche des IES et des administrations. Malgré les difficultés, les précédentes sessions de l’USJPB ont permis d’asseoir les fondements d’une nouvelle approche de son fonctionnement stratégique, a constaté Mme Diarra Fatoumata Dembélé.


Sidi Y. WAGUÉ

autho

Sidi Yaya Wagué

ARTICLES CONNEXES

VOIR TOUT

LES PLUS RECENTS

VOIR TOUT

LES PLUS LUS

VOIR TOUT

TWITTER