single

Le Conseil militaire de Transition(CMT) du Tchad, sous la conduite du général de corps d'armée Mahamat Idriss Deby, a nommé dimanche 02 mai par décret, un gouvernement de Transition, a annoncé à la télévision d'État, le porte-parole de l'armée.

Au total, l'attelage du Premier ministre Albert Pahimi Padacké, compte 40 ministres et secrétaires d'État, dont un nouveau ministère dédié à la Réconciliation nationale.

Dernier Premier ministre d'Idriss Déby Itno avant que ce dernier ne supprime le poste en 2018, Albert Pahimi Padacké avait promis un « gouvernement de réconciliation nationale » et avait lancé des « larges consultations » durant la semaine en vue de proposer des noms au président du CMT.

Dans son équipe élargi, on note l'entrée de certaines figures de l'opposition et de l'ancienne rébellion, ainsi que plusieurs généraux membres du CMT. Toutefois, le principal opposant, Saleh Kebzabo qui reconnaît désormais l'autorité du Conseil militaire, ne fait pas lui même partie du gouvernement dans le quel deux membres de son parti y figurent.

Le nouveau portefeuille de la Réconciliation nationale et du Dialogue a été confié à Acheick Ibn Oumar, ancien chef rebelle devenu en 2019 conseiller diplomatique à la présidence.

Opposant historique à Idriss Déby Itno, Mahamat Ahmat Alhabo du Parti pour les libertés et le développement (PLD), a été nommé ministre de la Justice.

Plusieurs anciens ministres du dernier gouvernement d'Idriss Déby Itno ont été reconduits ou nommés à d'autres ministères. Porte-parole du dernier gouvernement, Chérif Mahamat Zene est nommé ministre des Affaires étrangères, poste qu'il a déjà occupé de 2018 à 2020.

Lydie Beassemda, première femme candidate à une présidentielle en avril dernier, qui fut ministre sous Idriss Déby Itno, est nommée à l'Enseignement supérieur et la Recherche.

Le CMT a promis des « élections libres et démocratiques » dans 18 mois. En attendant, la Charte de transition prévoyait la mise en place d'un gouvernement de transition, dont les membres sont nommés et révoqués par le président du CMT, rapporte l'AFP.

Dans la foulée, les nouvelles autorités ont suspendu le couvre-feu (21h-05h du matin) qu'elles avaient instauré depuis leur prise du pouvoir le 20 avril dernier.

A.TRAORÉ

autho

Aboubacar Traoré

ARTICLES CONNEXES

VOIR TOUT

LES PLUS RECENTS

VOIR TOUT
editor

Bamako très sale

LES PLUS LUS

VOIR TOUT

TWITTER