single

L’accrochage entre une patrouille des Forces armées du Mali (FAMa) venue de Farabougou (Région de Ségou) et la milice Dozo basée à Somadougou qui a fait 3 morts dont 2 Dozos et un gendarme avait détérioré le climat social dans le village (Région de Mopti). Grace à une mission de bons offices, conduite par le 2ème adjoint du préfet de Mopti, Issa Pléa, dépêchée le mardi 5 janvier par les autorité régionales, le calme est revenu. Le trafic qui avait été perturbé depuis lundi sur la RN6, a ainsi repris et les populations vaquent à leurs occupations.

La mission a rencontré à Somadougou, les autorités traditionnelles et coutumières de la localité et la confrérie des Dozos pour exprimer le regret des autorités de notre pays suite à l’incident survenu et présenté les condoléances aux familles endeuillées. La délégation a rappelé les efforts que l’État est en train de fournir à travers le ministère de la Réconciliation pour le retour de la paix et du vivre ensemble dans notre pays, spécifiquement dans les régions du Centre, dont Mopti.

Après de longues heures d’échanges, la confrérie des Dozos et les familles des victimes ont accepté les condoléances de la mission. Les Dozos se disent prêts à se retirer de la localité si l’État est en mesure de sécuriser les personnes et leurs biens. Aux autorités régionales, ils demandent la restitution des armes et motos saisies lors des opérations du 27 décembre 2020 à Bonguel et le 4 janvier 2021 à Somadougou.

Au niveau national, ils exigent dans un délai de 15 jours, l’abrogation du décret de nomination de Marcelin Guengueré, actuel chef de cabinet et Sékou Bolly, chargé de mission au ministère de la Réconciliation au motif que ces deux personnalités ne peuvent pas représenter les mouvements armés. Ils demandent enfin l’ouverture d’une enquête pour élucider la mort des deux Dozos et d’un gendarme.

Dramane COULIBALY
Amap-Mopti

autho

L'ESSOR

ARTICLES CONNEXES

VOIR TOUT

TWITTER