single

La délégation s’est imprégnée des conditions de travail au village artisanal

Dans le cadre de la série de prises de contact avec les structures relevant de son département, le ministre de l’Artisanat, de la Culture, de l’Industrie hôtelière et du Tourisme, Andogoly Guindo, était dans la Capitale du Kénédougou du 9 au 11 septembre 2021. C’est sous une pluie battante que le ministre et sa forte délégation ont été accueillis par le chef de l’exécutif régional, Siné Dembélé. Il avait à ses côtés ses homologues gouverneurs des Régions de Bougouni et de Koutiala, les généraux Kéba Sangaré et Abdoulaye Cissé.

Après les salutations d’usage, le cap est mis sur la visite aux notabilités de Sikasso dans le vestibule Traoréla en présence de la quasi-totalité des notables de la Capitale du Kénédougou, personne ne voulant se faire conter les propos du visiteur du jour. Les légitimités traditionnelles se sont dites combler par cette visite du ministre Guindo. Elles ont saisi l’occasion pour présenter au ministre un certain nombre de doléances parmi lesquelles la restauration du vestibule, qui sent dangereusement les effets de l’humidité.

C’est ensuite le Centre culturel sénoufo qui a accueilli la délégation du ministre. Cette structure, inaugurée en novembre 2005 par le Père Emilio Escudero, missionnaire espagnol, ambitionne de contribuer au rayonnement de la culture sénoufo autochtone à travers l’éducation de la jeunesse et la recherche au Mali et dans l’ensemble du pays sénoufo, et ses voisins le Burkina Faso et la Côte d’Ivoire. La délégation s’est ensuite rendue au Musée régional de Sikasso, entité dont la gestion est transférée aux collectivités territoriales. Les conditions de cette structure sont peu reluisantes. Les objets d’art qui y sont exposés se trouvent dans un état de conservation peu enviable.

La structure manque d’électricité depuis novembre 2016. Pour le ministre Guindo, il urge que les collectivités prennent la mesure du danger qu’encourt le contenu de ce joyau, fruit de la coopération Mali-Union européenne.
À quelques encablures de là se trouve l’hôtel «Le Cinquantenaire» où le personnel représentant les trois secteurs relevant du département attendait avec impatience le ministre et sa délégation. La rencontre avec les professionnels des secteurs a servi de cadre pour passer en revue toutes les difficultés auxquelles sont confrontés les artisans, les professionnels de l’hôtellerie, de la restauration, du voyage de la Région de Sikasso. Le ministre a également mis à profit la rencontre pour informer les participants des activités initiées par son département en réponse à la difficile situation que traversent les secteurs du tourisme, de la culture et de l’artisanat dans notre pays.

Le ministre s’est rendu dans toutes les directions régionales relevant de son département, les doléances égrenées çà et là sont presque toutes identiques : manque de personnel, manque de matériels de bureau et manque de moyens roulants.
Le ministre a dit avoir pris bonne note des différentes doléances et a promis d’y remédier dans la mesure du possible des ressources allouées à son département. À la suite de la visite des services régionaux, le ministre est allé voir sur place le Tata de Sikasso et d’autres sites culturels comme la tombe de Massa Daoulaba Traoré et de celle de l’amazone Momo Traoré, toutes situées à Bougoula Hameau à l’est de la ville de Sikasso sur l’axe de Bobo-Dioulasso.

Avant, de prendre congé, la mission du ministre a pris fin avec la visite, du village artisanal et du Centre de transformation de soja tenu par une malienne rapatriée de la Côte d’Ivoire, Mme Dialia Kéita.

Sibiry Konaté
HFD-MACIHT

autho

L'ESSOR

ARTICLES CONNEXES

VOIR TOUT

LES PLUS LUS

VOIR TOUT

TWITTER