single

Les travaux de la 2è session ordinaire du Parlement de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) ont démarré mercredi dernier. La visioconférence était présidée par le président du Parlement de la CEDEAO, l’honorable Sidie Mohamed Tunis. Plusieurs personnalités notamment le président de la Cour de justice de la CEDEAO, l’honorable juge Edward Amoako Asante ont pris part à cette rencontre virtuelle qui durera une semaine. La présente session ordinaire qui se tient pour examiner et donner un avis sur le projet de budget communautaire adopté par le Comité administration et finances (CAF), devait initialement se tenir, en présentiel, à Abuja, le siège du Parlement.
Cependant, suite à la deuxième vague de la pandémie de Covid-19, le bureau du Parlement a approuvé la tenue de la session par vidéoconférence. La rencontre examinera le projet de budget consolidé 2021 de la Communauté. En outre, elle examinera le projet de plan stratégique de la cinquième législature ainsi que le plan de travail 2021 du Parlement. Conscient du rôle d’un Parlement qui promeut la participation des populations à la gouvernance régionale, Sidie Mohamed Tunis a identifié, lors de l’installation de l’actuelle législature en mars 2020 à Niamey, l’élection des députés au suffrage universel direct comme un programme politique phare de son mandat.

Le rapport de la commission ad hoc mise en place pour proposer des mécanismes afin de rendre effective l’élection des députés au suffrage universel direct sera examiné au cours de cette session.
En effet, en vertu de l’article 18 de l’Acte additionnel de décembre 2016 relatif au renforcement des prérogatives du Parlement, les 115 membres que compte l’Assemblée communautaire sont élus au suffrage universel direct par les citoyens des États membres. Dans son discours le président du Parlement de la CEDEAO a rappelé que la Covid-19 a considérablement affecté leurs activités au cours de l’année passée et continue à avoir des répercussions sur leurs programmes. Cependant, Sidie Mohamed Tunis s’est réjoui des résultats obtenus au cours du dernier trimestre, qui ont été très essentiels à l’exécution des programmes du Parlement pour l’année 2020.
La présente session parlementaire, dénommée «session budgétaire», offre l’opportunité au Parlement, conformément aux dispositions de l’Acte additionnel, d’examiner le budget de la Communauté. Plus précisément, le Parlement devra s’assurer que les prévisions budgétaires sont orientées vers des programmes qui répondent aux besoins de la population.
Selon Sidie Mohamed Tunis, le budget ne devrait pas que couvrir les menaces immédiates liées à la Covid-19, il doit aussi faire progresser les efforts sur d’autres fronts et priorités chers à notre région : notamment la démocratie, l’État de droit, la paix et le règlement des conflits, la lutte contre le terrorisme, la réduction de la pauvreté et le changement climatique.

Le budget 2021 vise à renforcer le développement économique et social, la sécurité et à soutenir les valeurs démocratiques dans la sous-région, conformément aux directives du sommet extraordinaire des chefs d’État et de gouvernement de la CEDEAO qui s’est tenu le 23 avril 2020. Ce budget met également l’accent sur des programmes et des projets à fort impact et à effet durable qui répondent aux besoins prioritaires des États membres de la CEDEAO.
Un autre point important de la présente session est la présentation du Plan stratégique de la 5è législature (2020-2024) du Parlement, qui a été élaboré par l’administration sous la supervision du secrétaire général. Ce document identifie des domaines de programmes, assortis de thèmes et de priorités qui devraient aider le Parlement à exécuter son mandat tel que défini dans l’Acte additionnel. S’agissant des engagements pour 2021 le président a demandé à ses collègues de tenir compte de l’objectif fondamental pour lequel le Parlement a été créé. L’Acte additionnel définit les bases de ce que l’on attend du Parlement dans les trois prochaines années et au-delà.

Évoquant la situation dans notre pays, le président Tunis dira que l’organisation sous-régionale continue à suivre, avec un intérêt particulier, l’évolution de la situation. À cet effet, il a rappelé la mission d’information parlementaire en août 2020, avec pour mission de vérifier les événements qui s’y déroulaient. «Malheureusement, la mission n’avait pas pu se déployer comme prévu en raison des incertitudes que le coup d’État avait fait peser sur le pays. Néanmoins, il est toujours très important que nous engageons tous les acteurs politiques maliens à œuvrer pour une véritable paix et la stabilité dans le pays. Sur ce front, en consultation avec le bureau, je vais reconstituer et dépêcher à nouveau une mission d’information au Mali, dans un proche avenir. La mission aura pour objectifs d’évaluer la situation politique actuelle et de suggérer au Parlement les domaines qui nécessitent notre intervention», a souligné le président Tunis. Il a donné l’assurance que les parlementaires de la 5è législature s’engagent à rapprocher l’institution des populations et que le mantra de l’intégration ne sera pas seulement renforcé, mais sera également porté à sa finalité. Signalons que six nouveaux parlementaires, dont cinq de la Guinée Conakry et un du Liberia ont prêté serment.

Mariam A. TRAORÉ
Amap-Ségou

autho

Mariam A. Traoré

ARTICLES CONNEXES

VOIR TOUT

LES PLUS RECENTS

VOIR TOUT

LES PLUS LUS

VOIR TOUT

TWITTER