single

L’atelier a pour but de prendre en compte les contributions avant l’adoption du document

Notre pays a validé sa stratégie nationale de stockage de sécurité alimentaire. L’ouverture de l’atelier national de validation tenu hier à cet effet a été présidée par le ministre commissaire à la sécurité alimentaire, Redouwane Ag Mohamed Ali. C’était en présence du chef de file des Partenaires techniques et financiers (PTF) du secteur de la sécurité alimentaire, ambassadeur de l’Union européenne, Bart Ouvry.

L’objectif global de cette rencontre est de doter chaque pays membre d’une politique ou d’une stratégie nationale de stockage de sécurité alimentaire. Cette politique ou stratégie sera outillée d’instruments de gouvernance de stocks, en adéquation avec la stratégie régionale de stockage de sécurité alimentaire adoptée par les États membres de la Cedeao, depuis 2012.

Selon le ministre commissaire, le projet de document de stratégie nationale de stockage du Mali et son Plan d’actions ont été partagés avec tous les pays. Ceux-ci ont reçu le quitus de la Cedeao et de l’Agence régionale pour l’agriculture et l’alimentation (Araa). Cette rencontre s’inscrit dans le cadre du processus de partage dudit projet de document déjà validé au niveau régional.

Le but est de le faire valider de façon formelle par les membres du Comité national de pilotage du processus de formulation de la stratégie nationale de stockage de sécurité alimentaire de notre pays, a précisé le ministre commissaire. Il s’agit alors de vérifier une dernière fois la prise en compte de toutes les contributions à la construction de cette version finale du document en vue de son adoption formelle par le Mali et sa transmission officielle à la Cedeao, a expliqué Redouwane Ag Mohamed Ali.

Pour sa part, le chef de file des PTF du secteur de la sécurité alimentaire a rappelé que la Cedeao a fait de la prévention et de la gestion des crises alimentaires et nutritionnelles une partie intégrante de sa politique agricole. à cet effet, les chefs d’Etat et de gouvernements ont décidé de la création d’une réserve régionale de sécurité alimentaire par acte additionnel au traité révisé de la Cedeao, en février 2013, selon Bart Ouvry.

«La réserve régionale de sécurité alimentaire constitue la troisième ligne de défense pour prévenir et gérer les crises alimentaires. Elle est complémentaire des stocks de proximité (première ligne de défense au niveau des villages et des communautés) et des stocks nationaux de sécurité alimentaire (deuxième ligne de défense) détenus par les états.

Pour y arriver, la stratégie de la Cedeao comprend le déploiement et le renforcement de ces trois lignes de défense, a indiqué le diplomate européen. Pour Bart Ouvry, le suivi de la stratégie permettra de s’assurer des disponibilités spatiales des céréales, réguler les prix des marchés de céréales, garantir un volume d’achat local à un prix raisonné pour les producteurs, aider à la structuration du marché céréalier et renforcer les capacités locales de stockage communautaire.

Toutefois, appréciera-t-il, le document soumis est le fruit d’un travail conséquent, qui reste perfectible. En la matière, il serait souhaitable d’approfondir la réflexion d’un point de vue juridique, sur le trinôme «Commissariat à la sécurité alimentaire - Office des produits agricoles du Mali - direction des projets PAM», suggéra l’ambassadeur de l’UE.

Cela, expliquera-t-il, dans le but de faire en sorte que les outils de stockages physiques soient financés et mobilisés de manière à répondre aux besoins des populations dans les temps, en impliquant les organisations professionnelles qui devront garantir l’adéquation entre les plans de distribution et les besoins recensés. à titre de rappel, la conférence des chefs d’État et de gouvernement de la Cedeao avait procédé, en février 2013, à la création formelle de la réserve régionale de sécurité alimentaire.

Dès lors, il est apparu indispensable d’élaborer une politique régionale et des politiques et ou stratégies nationales de stockage public dans tous les états membres de cette Communauté économique en soutien à cette initiative. à cet effet, l’Union européenne a accompagné la Cedeao élargi à la Mauritanie et au Tchad dans la mise en œuvre opérationnelle de cet exercice.

Fadi CISSÉ

autho

Fadi Cissé

ARTICLES CONNEXES

VOIR TOUT

TWITTER