single

L’ambassadeur de France au Mali, Joël Meyer a signé hier deux conventions d’aide alimentaire française avec la cheffe de mission de l’ONG Première urgence internationale (PUI), Mme Andrée Lafosse et le représentant adjoint du Programme alimentaire mondial (PAM) au Mali, Aliou Diongue. La cérémonie s’est déroulée dans les locaux de l’ambassade, en présence du Commissaire à la sécurité alimentaire, Redouwane Ag Mohamed Ali.

À travers ces deux accords, la France apporte un nouveau soutien de 1,801 milliard de Fcfa, en réponse aux besoins des populations vulnérables au Mali. Ce financement est alloué à deux projets. L’un est porté par le PAM pour un montant de près de 1.475 milliard de Fcfa. Doté de près de 328 millions de Fcfa, l’autre projet est soutenu par l’ONG Première urgence internationale.
L’appui du PAM ciblera particulièrement les personnes vulnérables dans les Régions de Mopti et du Nord du Mali. L’ONG PUI interviendra dans le Cercle d’Ansongo (Région de Gao), actuellement classée en urgence humanitaire.

Intervenant à l’occasion, l’ambassadeur de France a souligné qu’au Mali l’urgence d’un appui alimentaire et nutritionnel est toujours prégnante comme en attestent les derniers chiffres du Cadre harmonisé. Le diplomate a rappelé que l’insécurité dans les régions concernées, ajoutée aux aléas climatiques et à la crise sanitaire pèsent lourdement sur la situation humanitaire du pays.

Ainsi, près de 15% de la population malienne se trouve en phase «sous pression», 30.000 personnes en phase «d’urgence». Joël Meyer s’est réjoui de la mobilisation par son pays de cette aide d’urgence alimentaire et nutritionnelle. Il a estimé l’aide totale de la France à 2,142 milliards de Fcfa en ce début d’année. Pour sa part, le Commissaire à la sécurité alimentaire a remercié le gouvernement français pour cette généreuse importante donation qui vient à point nommé.

La France apporte un nouveau soutien aux besoins des populations vulnérables

«Cette donation s’inscrit parfaitement dans nos priorités à savoir les réponses conjoncturelles et le renforcement de la résilience de nos populations les plus démunies», a indiqué Redouwane Ag Mohamed Ali. Il a aussi souligné que pour cette année 2021, le CSA, le PAM et les autres intervenants dans le domaine doivent aider plus de 1.300.000 personnes vulnérables. Pour ce faire, «nous mettrons en synergie toutes nos interventions pour atteindre et soulager le maximum de personnes en situation d’urgence alimentaire», a-t-il promis.

Au nom du président de la Transition, le Commissaire à la sécurité alimentaire a réitéré ses remerciements à l’ambassadeur pour son engagement personnel en faveur de la stabilité et du développement du Mali.
Le représentant adjoint du Programme alimentaire mondial (PAM) au Mali dira qu’en appui au Plan national de réponse du Commissariat à la sécurité alimentaire, cette contribution permettra au PAM d’assister plus de 60.000 bénéficiaires, dans les Régions de Mopti et du Nord de notre pays, les plus affectées par l’insécurité alimentaire pendant la période de soudure jusqu’à la fin de l’année 2021.

Près de 30.000 personnes bénéficieront ainsi d’une assistance alimentaire d’urgence et 22.000 enfants de 6 à 59 mois seront suivis pour le traitement de la malnutrition aiguë modérée, dans les régions plus vulnérables identifiées dans le Cadre harmonisé, a énuméré Aliou Diongue. Aussi, le PAM réalisera des transferts monétaires à plus de 8.000 personnes affectées par l’impact socio-économique des chocs (y compris la Covid-19), dans deux communes. En parallèle, il renforcera les capacités du Registre social unifié (RSU).

À sa suite, Mme Lafosse a expliqué que l’ONG PUI intervient dans le Cercle d’Ansongo depuis 2014. Ce projet, s’est-elle réjouie, vient renforcer les acquis des précédentes interventions. Il contribue ainsi à renforcer l’approche intégrée développée par PUI afin de répondre aux besoins multiples des populations dans un contexte de vulnérabilité chronique. Aussi contribuera-t-il à l’amélioration de la sécurité alimentaire et appuiera la résilience des ménages vulnérables du district sanitaire d’Ansongo affectés par la crise.

Aminata Dindi SISSOKO

autho

Aminata Dindi Sissoko

ARTICLES CONNEXES

VOIR TOUT

LES PLUS RECENTS

VOIR TOUT

LES PLUS LUS

VOIR TOUT

TWITTER