single

Lancement de travaux routiers, d’une nouvelle compagnie aérienne, élimination de chefs terroristes, prix prestigieux pour des artistes, victoires éclatantes des sportifs… l’année qui s’achève a été marquée par de nombreux événements positifs

« L’arbre qui s’écroule fait beaucoup plus de bruit que la forêt qui pousse. » Ce proverbe africain assez usité résumerait bien la situation d’ensemble de notre pays que rien n’aura pourtant épargné durant cette année 2020 qui s’achève. Dans la grisaille des convulsions sociopolitiques et de la crise sanitaire liée à la Covid-19, l’année 2020 a connu des éclaircies qui devront être davantage mises en lumière.
à l’instar des autres pays du monde, c’est peu dire que l’irruption de la maladie à coronavirus au Mali a bouleversé l’ordre établi, plombant de fait les différentes initiatives de développement. Pour faire face aux effets de la Covid-19, les autorités avaient, dès l’apparition des premiers cas dans notre pays, pris le taureau par les cornes, en prenant une batterie de mesures d’accompagnement. En général, celles-ci visaient à soutenir les agents économiques (commerçants, sociétés et entreprises) déjà mis à rudes épreuves par les mesures prises pour prévenir la maladie à coronavirus. L’incidence financière avait été évaluée à près de 500 milliards de Fcfa, «selon les hypothèses les plus basses ».

Dans la même dynamique, il y a quelques semaines, les autorités de la Transition ont annoncé la prise d’une kyrielle de mesures d’accompagnement. Il s’agit du renforcement des mesures relatives aux remises d’impôts, au cas par cas et sur demande, portant sur les pénalités d’assiette et de recouvrement issues des contrôles fiscaux. Dans ce cadre, le taux de la remise qui était de 50% passera à 100% pour les secteurs les plus affectés par la pandémie. Il s’agit notamment des secteurs de l’hôtellerie, de la restauration, du transport, des acteurs culturels, des bars, des discothèques, etc.
En outre, les montants restants à recouvrer au titre des droits simples issus des dépôts de déclaration et/ou des contrôles fiscaux pourront faire l’objet de moratoire de paiement sur une période pouvant aller jusqu’à six mois. Par ailleurs, le gouvernement a décidé d’accorder une subvention d’un milliard de Fcfa aux acteurs culturels affectés par les mesures d’urgence.


Séquençage du génome du virus-
Dans ce combat désormais engagé contre ce que d’aucuns qualifient de « peste du 21è siècle », n’est pas en reste la communauté des chercheurs/scientifiques de notre pays. Ceux-ci viennent de réussir une prouesse qui mériterait d’être relevée. Il s’agit de la réalisation du séquençage du génome du virus de la pandémie par le Centre de recherche Ogobara Doumbo. Ce travail permet de se faire une idée de la provenance de la souche qui sévit dans notre pays.
Par ailleurs, le contexte extrêmement difficile ne constituera point un obstacle pour les autorités dont la volonté a consisté à initier ou poursuivre plusieurs actions de développement au cours de l’année qui s’achève. Déjà au mois de janvier, à la faveur d’une visite qu’il avait entamée dans la partie septentrionale du pays, l’ancien Premier ministre Boubou Cissé lançait les travaux de réhabilitation de la route Sevaré-Gao. L’initiative fut d’autant plus bien accueillie que quelques mois auparavant, l’état de cette route avait provoqué des manifestations dans la Cité des Askia dont les habitants réclamaient le démarrage des travaux de reconstruction. à preuve, le mauvais état de la voie et l’insécurité obligeaient les voyageurs de passer par le Niger et le Burkina Faso pour rallier Bamako.

L’année 2020 a également été marquée par la poursuite des travaux de certains axes routiers. Citons à ce propos les routes Zantiébougou-Kolondiéba-Frontière Côte d’Ivoire, Kayes-Sadiola, Banconi-Dialakorodji-Safo-Nossombougou, Katélé-Zégoua-Kadiolo, la voie de Kouloubléni dans la Commune rurale de Kalabancoro. Ce n’est pas tout : d’autres travaux ont été lancés ou sont en cours de réalisation, notamment la construction du 2è Pont de Kayes et ses voies d’accès, l’aménagement en 2×2 voies de la traversée de la ville de Sikasso, l’aménagement en 2×2 voies de la Tour de l’Afrique-Yirimadjo-3è Pont de Bamako, la réhabilitation du tronçon Kati-Didiéni, long de 150 km.
Ajoutons-y le démarrage des travaux de construction de 547 km de pistes rurales dans les Régions de Koulikoro et de Sikasso, le démarrage des travaux d’élargissement en 2×2 voies de l’échangeur «Place des Martyrs» y compris ses voies d’accès, le lancement des travaux de construction d’un échangeur, d’un viaduc et l’aménagement de 10 km de voiries urbaines dans la ville de Sikasso. La liste n’est pas exhaustive.
Toujours dans le domaine des transports, on peut noter le début de la desserte de la ligne Bamako-Kayes, le 29 septembre 2020, par la nouvelle compagnie aérienne nationale Sky Mali.


Chefs terroristes éliminés- La signature il y a quelques jours d’un contrat de concession pour la réalisation d’une centrale solaire photovoltaïque d’une capacité de 93 MW à Touna, dans le Cercle de Bla entre le ministre en charge de l’énergie et le directeur général du Phanes Group donne une indication claire sur l’engagement des autorités de rendre accessibles l’eau et l’électricité au plus grand nombre de Maliens. Ce projet permettra de créer d’environ 400 emplois locaux pendant la phase de construction et 40 emplois permanents dans le cadre de l’exploitation.
Sans conteste, l’année 2020 a offert d’autres motifs de fierté et de satisfaction à nos concitoyens pourtant durement éprouvés par les conséquences de la crise multiforme. à cet égard, notre pays, à travers le Centre malien de promotion de la propriété industrielle (Cemapi) a été classé 1er sur les 17 états de l’Organisation africaine de la propriété intellectuelle (OAPI). C’était lors de la 60e session ordinaire du conseil d’administration, tenue le 8 décembre dernier, à Lomé au Togo. Aussi, la Société africaine de technologies agricole et environnementale «SATGRIE», une start-up du Malien Bourehima Coulibaly, vient de remporter le prix d’or de la première édition du concours «Tremplin start-up Union économique et monétaire ouest-africaine (Uemoa)». Le lauréat a empoché 12 millions de Fcfa.

Dans le cadre de la lutte contre le terrorisme, la coalition franco-sahélienne a marqué de beaucoup points. Après le sommet de Pau, tenu le 14 janvier 2020, les troupes françaises et celles du G5 Sahel ont infligé de lourdes pertes aux groupes terroristes qui avaient perpétré de nombreuses attaques meurtrières contre les soldats du Mali, du Niger et du Burkina Faso dans la zone des Trois frontières. Les coups de boutoir des troupes de la coalition ont privé les groupes terroristes des capacités à mener des attaques massives et coordonnées contre les positions militaires. Comme ce fut le cas au Mali à Dioura, à Tarkint, à Boulkessi, à Indelimane.
Aussi, fort heureusement, un début de solution a été trouvé aux difficultés de financement et d’équipements de la Force conjointe du G5 Sahel. Cerise sur le gâteau de la lutte contre le terrorisme, la force française Barkhane a mis hors d’état de nuire d’importants chefs terroristes. C’est ainsi que les soldats français ont revendiqué l’élimination d’Abdelmalek Droukdel, le chef d’Al Qaeda au Maghreb islamique (AQMI) dans notre pays le 3 juin 2020. Le colonel déserteur de l’Armée malienne et redoutable chef de guerre des groupes terroristes Bamoussa Diarra a lui aussi été tué par les troupes françaises le 10 novembre 2020.

Meilleurs ambassadeurs- Sur un tout autre registre, pour s’être illustrés avec brio hors de nos frontières cette année, les artistes et les sportifs confirment leur statut de « meilleurs ambassadeurs du Mali ». En effet, l’artiste Oumou Sangaré a reçu le prix ‘’African Legend’’ lors des African Talent Awards le week-end dernier à Abidjan. Quelques mois auparavant, la Diva du Wassoulou avait remporté l’édition 2020 du grand prix des musiques du monde 2020 de la Société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique (Sacem). Ce prix récompense la carrière de « celles et ceux dont les mots, les notes, les œuvres ont marqué la création dans tous les répertoires représentés par la Sacem ».
Pour sa part, le musicien Bassekou Kouyaté, fut le gagnant du prix du « Meilleur artiste » aux Songlines Music Awards (SMA) 2020. Les Songlines Music Awards sont des récompenses décernées chaque année en Angleterre aux talents de la musique présentés dans le magazine britannique Songline. Sur la même lancée, en septembre dernier, le rappeur Iba One a remporté le prix du meilleur artiste ouest-africain au Primud 2020. Ce prix met en compétition les chanteurs, les artistes rappeurs, les arrangeurs, les humoristes, les réalisateurs, les danseurs et tous les artistes qui, de près ou de loin, participent à la valorisation de la culture du coupé-décalé.

Preuve de la résilience des Maliens, le contexte de crise n’empêchera pas de nombreux artistes de mettre sur le marché des albums tout au long de cette année. Il s’agit en l’occurrence de Nahawa Doumbia, Oumou Sangaré, Iba One, Baba Salah….
à ces succès vient se greffer l’honorable prestation de nos sportifs qui feront (encore) briller l’étoile du Mali sur la scène continentale. Notre pays a, en effet, remporté en égypte le 9 décembre dernier l’Afrobasket U18 garçons. Les Aiglons et les Aiglonnes se sont qualifiés pour la Coupe du monde de la catégorie, prévue en juillet et aôut 2021. La qualification des Aigles pour la Coupe d’Afrique des nations (CAN) Cameroun 2021, le 17 novembre 2020, a mis du baume au cœur des amoureux du ballon rond, au-delà, de nombreux Maliens.
Aussi, il restera gravé dans les annales de sports qu’au mois de mars dernier, l’équipe nationale féminine de football a disputé sa première finale lors du tournoi de la zone A de l’Union des fédérations ouest-africaines (UFOA) en Sierra Leone. En finale, les nôtres ont malheureusement perdu 0-3 face au Sénégal.

Massa SIDIBÉ

autho

Massa Sidibé

ARTICLES CONNEXES

VOIR TOUT

LES PLUS RECENTS

VOIR TOUT

LES PLUS LUS

VOIR TOUT

TWITTER