single

La vaccination fait partie des objectifs du PRAPS

Le Programme régional d’appui à l’amélioration des systèmes d’élevage au Mali (PRAASEM) a été créé par l’ordonnance n°2020-001/P-RM du 30 janvier. Il est placé sous la tutelle du ministère de l’Élevage et de la Pêche et comprend deux projets : le Projet régional d’appui au pastoralisme au Sahel (PRAPS-Mali) et le Projet d’appui au développement de l’élevage au Mali (PADEL-Mali).Le PRAPS-Mali a démarré ses activités en octobre 2016, quant au PADEL-M, il fut mis en vigueur en août 2018. Comme le PRAPS- Mali, le PADEL-Mali est financé par le gouvernement du Mali et la Banque mondiale. Ces deux projets ont une vocation régionale.

D’un financement de 24, 105milliards de Fcfa, le PRAPS-Mali intervient dans 10 régions, 39 cercles, 220 communes au profit de 440.000 pasteurs et agropasteurs dont 30% de femmes et de jeunes.

Pour atteindre son objectif, le projet se base sur cinq composantes : amélioration de la santé animale, amélioration de la gestion des ressources naturelles, facilitation de l’accès aux marchés, amélioration de la gestion des crises pastorales et la composante Gestion du projet et appui institutionnel.

Dans la Région de Kayes, le projet intervient dans 4 cercles (Kayes, Yélimané, Diéma et Nioro) et40 communes. Les réalisations dans ces localités portent surla construction deparcs de vaccination, la construction/rénovation des services de santé vétérinaires et de services de productions et des industries animales, le financement d’activités génératrices de revenus au profit des femmes et des jeunes, la mise en place d’un centre de services pour la facilitation du commerce du bétail.

Il ressort de nos entretiens avec le directeur régional des productions et des industries animales (DRPIA), Abdoulaye Coulibaly, le directeur régional par intérim des Services Vétérinaires (DRSV), Moussa Diarra et certains groupes cibles, que le PRAPS a atteint des résultats satisfaisants dans la région. Ce projet dont la première phase s’achève en fin 2021, a construit dans la 1ère région administrative du pays, 19 parcs de vaccination, dont 8 dans le Cercle de Kayes (Aourou, Dindinaye, Digui, Dagassenou, Nahali, Samawali, Bilkouaté, Seoudé), 6 dans le Cercle de Yélimané (Lagamguemou, Korompo, Tambacara, Kardidi, Tetiane, Biladjimi) et 5 dans le Cercle de Nioro (Korkodio, Kéréwata, Dimina, Merdjégui, Guimba Niaga).

Aussi, le projet a réalisé des puits pastoraux dans les Communes de Billadjimi et Yilé et a aménagé des Systèmes hydraulique pastoral amélioré (SHPA)dans les Cercles de Nioro et de Kéniéba. En outre, le projet a financé dans la Région de Kayes 81 Activités génératrices de revenus (AGR) dont 62 en embouche de petits ruminants, 13 en aviculture villageoise, 6 en transformation de beurre de karité. L’ensemble de ces AGR ont permis de toucher 10.328 bénéficiaires dont 8.193 femmes.

On se souvient également qu’en août 2017, le RAPS-Mali a appuyé les pasteurs et agro pasteursdans l’organisation d’une foire pastorale dans la ville de Kayes. Cette foire qui a accueilli des participants de toutes les régions du pays et des pays voisins a enregistré la participation de 350 agro pasteurs qui ont vendu un total de 35.000 têtes de bétail toutes catégories confondues avec un chiffre d’affaires record estimé à plus de 2,9 milliards de FCFA dans l’intervalle d’une semaine.

Par ailleurs, le PRAPS-Mali a mis en place et équipé un Centre de prestation de services à Kayes pour servir d’appui-conseil aux éleveurs et marchands de bétail. «Nous travaillons avec les éleveurs, les marchands de bétail et les transporteurs. Le PRAPS-Malia fait beaucoup de choses et nous accompagne sans relâche. De l’ouverture de notre centre à nos jours, nous avons géré plusieurs litiges (problème de marché dans la région et à Dakar (Sénégal), vols de bétail, contrats entre éleveurs et bouchers). Nous servons d’intermédiaire entre l’administration, la police, la gendarmerie et les éleveurs», a indiqué Makan Draméra, président du Centre de prestation de services mis en place par le PRAPS-Mali dans la ville de Kayes

Le PRAASEM met un accent particulier sur le respect de l’équité, de la justice, de la dignité, de la participation et de la responsabilité de tous les acteurs (notamment les bénéficiaires).C’est à cet effet qu’un mécanisme de gestion des plaintes a été mis en place conformément aux exigences des manuels d’exécution des deux projets PRAPS-Mali et PADEL-Mali. Le mécanisme de gestion des plaintes (MGP) se base sur les comités de gestion des plaintes. Un comité de gestion des plaintes estmis en place et est fonctionnel dans toutes les régions avec son siège au niveau des directionsrégionales des productions et des industries animales (DRPIA).

Bandé Moussa SISSOKO
Amap-Kayes

autho

Bandé Moussa Sissoko

ARTICLES CONNEXES

VOIR TOUT

TWITTER