single

«Certes à Allah appartient ce qu’il a repris et c’est à Lui aussi qu’appartient ce qu’il a donné et chaque chose pour Lui a un terme fixé à l’avance. Sois endurant et espère la récompense d’Allah. Qu’il accroisse ta rétribution, t’accorde les meilleures condoléances et pardonne à ton défunt».
C’est par ce « douâ» ou «duua» (une invocation de la clémence du Tout-Puissant, Clément et Miséricordieux) que l’ami que je suis, le confident que j’ai été très souvent, adresse sa compassion à la brave épouse au moral d’acier, aux très respectueux enfants et la fratrie de Pr Mamby Keïta, l’un des précurseurs de la chirurgie pédiatrique au Mali, qui s’est éteint dans la nuit au Centre hospitalo-universitaire (CHU) Gabriel Touré, après avoir héroïquement batailler contre la maladie.
Nous avons connu celui que certains appelaient affectueusement «Manika», non seulement en référence à son ethnie mais aussi à son franc parler (parce qu’il n’acceptait jamais de mêler le faux au vrai), au détour d’un entretien que nous avons eu avec lui (il y a plus d’une quinzaine d’années) sur l’invagination intestinale (un retournement de l’intestin sur lui-même qui affecte les enfants). Le devoir nous oblige à témoigner de ses compétences et qualités. Le brillant chirurgien pédiatre qu’il a été, nous avait laissé une excellente impression sur sa densité scientifique (ses connaissances) puisqu’il était vraiment dans son élément, mais aussi ses qualités humaines. Parce qu’au-delà du compétent chirurgien qui faisait autorité dans sa discipline, l’homme lui-même était d’un commerce agréable, d’une grande humilité et qui trouvait toujours un mot taquin pour tout de suite mettre à l’aise tout interlocuteur qui se présentait à lui.

Né un jour de janvier 1965 à Bamako, Pr Mamby Keïta a fait de brillantes études médicales en ex-URSS d’où il décroche un diplôme en chirurgie générale mais aussi en chirurgie pédiatrique ou infantile. Il revient exercer au pays, notamment à l’hôpital Gabriel Touré. à la suite d’une réorganisation des services de cet établissement hospitalier en 2008 par le directeur d’alors (Dr Abdoulaye Néné Coulibaly dit Champion qui a dirigé Gabriel Touré de 2005 à 2012), il prendra les rênes du service de chirurgie pédiatrique.
Il administrera la preuve par la qualité de son équipe de jeunes chirurgiens pédiatres, d’infirmiers (à qui, il a inculqués la notion de sacerdoce avant tout), par son talent de manager qui savait motiver ses collaborateurs pour la cause des enfants, les innovations apportées au service, l’esprit d’équipe qu’il a su instaurer mais aussi par les valeurs de travail, d’abnégation, de don de soi qu’il a partagées. Ce n’est pas faire une insulte aux autres têtes couronnées de la chirurgie que de dire que le Pr Mamby Keïta, a été un praticien hors-norme qui a vraiment gardé une bonne longueur d’avance sur bien de chirurgiens. Le grand maître de la chirurgie pédiatrique qu’il a été, a su bâtir la réputation de son service à Gabriel Touré, voire au-delà. Cette main experte a définitivement déposé le bistouri (instrument de chirurgien pour faire des incisions). On ne le verra plus dans un bloc opératoire.

Le Malinké bon teint a marqué les esprits de ses amis, de ses collaborateurs voire des parents d’enfants malades qu’il a pris en charge. L’ancien directeur général de Gabriel Touré, Abdoulaye Néné a reconnu que le professeur a toujours été loyal avec l’administration mais aussi fidèle dans ses relations et dans ses amitiés. Pour lui, il a été simplement méritant pour avoir été l’un des tout premiers chirurgiens infantiles de rang A (les professeurs). Pr Mamby Keïta laisse derrière lui, une veuve, une progéniture, des amis, des collaborateurs et la grande famille de la médecine éplorés. Dors en paix «Prof».

Bréhima DOUMBIA

autho

Bréhima Doumbia

ARTICLES CONNEXES

VOIR TOUT

LES PLUS RECENTS

VOIR TOUT

LES PLUS LUS

VOIR TOUT

TWITTER