single

La réunion a permis de s’approprier la Politique de sécurité nationale

L’élaboration d’un plan d’action de mise en œuvre, de suivi et d’évaluation de la Politique de sécurité nationale du Mali ; l’intégration des coups d’état militaires dans les causes ou facteur d’insécurité dans le cadre de l’analyse de l’environnement géostratégique ; la mise en exergue des dimensions préservation, aménagement, gestion et administration du territoire dans la stratégie de sécurité nationale, au même titre que l’économie, la justice, la défense, la diplomatie et l’information sont quelques recommandations phares de l’atelier de présentation du projet de document de Politique de sécurité nationale du Mali. Le projet de document a été présenté par le secrétariat permanent du Conseil de sécurité nationale au cours de l’atelier qui s’est tenu du 18 au 20 mai au centre Diamcis à Banankoro-Sénou

Aussi les participants ont-ils souhaité l’inscription des paramilitaires et conseils consultatifs de sécurité au rang des acteurs de la sécurité nationale ; la clarification de la référence à l’absence de l’état dans les Régions du Nord du Mali comme cause de dégradation et la mention de la Police territoriale en plus de la Police de proximité.

Pour parvenir à ces pertinentes conclusions, la réflexion des participants a été nourrie par différentes thématiques présentées par d’éminents experts. Il s’agit des notions de défense et de sécurité ; de politique de défense, de stratégie de défense, de politique de sécurité. D’autres communications ont également permis d’identifier qui sont les acteurs de la défense et de la sécurité, quel est le rôle de la société civile dans la question de la sécurité nationale et qu’est-ce que la coopération internationale peut apporter ou apporte dans la gestion des questions de sécurité?.

L’objectif global de la réunion consistait à susciter un consensus général autour du document de Politique de sécurité nationale du Mali, avant son adoption par le Conseil de sécurité nationale.

En outre, la session visait à garantir l’inclusivité de la Politique de sécurité nationale, à travers une consultation de l’ensemble des acteurs de la sécurité humaine. La réunion a permis aussi à toutes les parties prenantes de comprendre, de s’approprier la Politique de sécurité nationale et d’obtenir la prise en charge de leurs observations pertinentes.

Y ont pris part des élus, des acteurs de la justice, des représentants des médias, de la société civile, des collectivités territoriales, des mouvements signataires de l’Accord et de la sécurité privée.

Pour le ministre-conseiller à la Sécurité nationale, la consécration de ce document, qui interviendra après la prise en compte des contributions et observations formulées par les participants et son adoption par le Conseil de sécurité nationale, aboutira nécessairement à la relecture de la Loi n° 2004-051 portant organisation générale de la Défense.

Selon l’inspecteur général Ibrahima Diallo, les importants efforts consentis pour pallier les insuffisances du cadre institutionnel et règlementaire de gestion de notre Sécurité nationale seront renforcés par l’adoption de cette Politique de sécurité nationale. «Ce document servira désormais de repère à nos stratégies sectorielles. En outre, il créera et maintiendra une harmonie entre elles», a-t-il indiqué, ajoutant que le document participera également à l’atteinte d’une des priorités de la Transition : les questions de réformes politiques et institutionnelles.

Massa SIDIBÉ

autho

Massa Sidibé

ARTICLES CONNEXES

VOIR TOUT

TWITTER