single

La ministre en charge de la Santé, Dr Fanta Siby remet les distinctions au directeur de l’hôpital de Sikasso, Dadé Ben Sidi Haïdara

à l’issue de l’évaluation de la performance des établissements hospitaliers par l’Agence nationale d’évaluation des hôpitaux (ANEH), au titre de l’exercice 2019, c’est encore l’hôpital régional de Sikasso qui s’adjuge comme en 2018, le trophée Ciwara de l’établissement hospitalier le plus performant de l’année avec 101 points sur 135 possibles.
La deuxième place est revenue au ‘’Le Luxembourg’’ ou l’Hôpital Mère-enfant qui a engrangé 81 points. Enfin, le Centre hospitalo-universitaire (CHU) de Kati occupe la dernière marche du podium avec 80 points. C’est ce qui ressort de la cérémonie solennelle de restitution des résultats de l’évaluation de la performance des hôpitaux, tenue, lundi dernier, au Centre internationale des conférences de Bamako (CICB). L’événement était présidé par la ministre de la Santé et du Développement social, Dr Fanta Siby, en présence du directeur de l’Agence nationale d’évaluation des hôpitaux (ANEH), le médecin colonel major, Karim Camara.

L’évaluation au titre de 2019 a concerné 12 hôpitaux publics de 2è et 3è référence dans les régions et dans la capitale. Les critères d’évaluation ont été choisis de commun accord avec les structures hospitalières concernées. Il s’agissait, entre autres, du nombre moyen des journées de rupture de médicaments essentiels, de la capacité de l’hôpital à assurer la maintenance des équipements clés afin de garantir la continuité des soins, de la disponibilité de 10 examens biomédicaux, la satisfaction des usagers, la capacité de l’hôpital à retrouver le dossier patient pour mieux soigner, la conformité de la gestion des déchets biomédicaux et le recouvrement des coûts. S’y ajoutent la capacité de l’autofinancement, celle de l’hôpital en termes de formation continue de ses agents et la collaboration entre ses différents services par rapport à la prise en charge du patient, les protocoles de recherche mis en œuvre par an, le taux de mortalité intra hospitalière des enfants de 0 à 29 jours et celui de mortalité maternelle intra hospitalière.

Cette évaluation a permis de relever des insuffisances liées à la gestion des déchets hospitaliers, la gestion des urgences où les services concernés enregistrent des insuffisances en ressources humaines qualifiées, en kits de prise en charge et en termes d’examens complémentaires. L’inexistence d’un système de numération unique permettant de retrouver tous les dossiers patients dans certains hôpitaux et du comité de suivi et d’animation hospitalière du dispositif d’amélioration de la performance dans certains hôpitaux, figure parmi les insuffisances. Le directeur de l’ANEH a indiqué que l’évaluation de la performance des hôpitaux est une activité annuelle, dont le dénominateur commun est de veiller au respect de la performance dans les établissements publics hospitaliers. Cet exercice, a-t-il expliqué, a pour objectif d’améliorer les résultats des hôpitaux en termes de prise en charge des patients, de croissance et d’offre de soins de qualité de façon continue. «Il ne s’agit point d’un concours, mais surtout de faire en sorte qu’il y ait une saine émulation afin que tous les hôpitaux arrivent à se surpasser pour le bien-être des patients», a souligné le patron de l’ANEH.

La ministre de la Santé et du Développement social a rappelé que l’amélioration de la santé des populations est une préoccupation permanente du gouvernement de la Transition. Celui-ci, a-t-elle argumenté, s’est manifesté à travers plusieurs actions, dont la mise en place d’un dispositif d’amélioration de la performance des hôpitaux à travers un contrat de performance auquel les établissements publics hospitaliers et le Luxembourg ont souscrit. Le directeur de l’hôpital de Sikasso, Dadé Ben Sidi Haïdara, a remercié ses collaborateurs et la tutelle. Nous n’avons pas de secret hormis la persévérance. Après l’auto-évaluation, nous mettons en œuvre les recommandations pour combler les insuffisances. C’est ce qui nous vaut d’être à cette place, a-t-il confessé. Rappelons que chaque lauréat a reçu un ordinateur portable, un respirateur et des kits hygiéniques mais aussi que le dernier né des hôpitaux de la capitale, l’Hôpital de dermatologie de Bamako (HDB) entrera dans la compétition à partir de la prochaine évaluation année.


Mohamed D. DIAWARA

autho

Mohamed D. Diawara

ARTICLES CONNEXES

VOIR TOUT

LES PLUS RECENTS

VOIR TOUT

LES PLUS LUS

VOIR TOUT

TWITTER