single

L’établissement occupe une place importante dans le processus de création et de diffusion des œuvres artistiques et culturelles

La 23è session du conseil d’administration du Palais de la culture Amadou Hampâté Ba s’est déroulée la semaine dernière, sous la présidence de la ministre de la Culture, de l’Artisanat et du Tourisme, Mme Kadiatou Konaré, en présence du directeur général du Palais de la culture, Abdoulaye Diombana et des administrateurs. La session ordinaire a essentiellement porté sur l’examen et l’adoption du compte rendu de la précédente session, la présentation du rapport d’activités et financier de l’exercice 2020 et l’adoption du budget 2021.

«Le Palais de la culture Amadou Hampaté Ba occupe une place importante dans le processus de création et de diffusion des œuvres artistiques et culturelles du Mali», a expliqué la ministre Konaré. Ce lieu, plus que tout autre, devrait être un centre de valorisation et de promotion de ceux qui ont dédié leur vie aux arts et à la culture, a-t-elle renchéri.
Mme Kadiatou Konaré a aussi évoqué le contexte de la crise sanitaire qui a bouleversé les habitudes mais surtout impacté économiquement différentes structures, comme le Palais de la culture. «Les mesures de restrictions prises par le gouvernement respectivement en mars et décembre 2020 pour endiguer la pandémie ont beaucoup joué sur la tenue des activités et par conséquent fragilisé financièrement l’établissement », a rappelé la ministre.

Mme Kadiatou Konaré a également évoqué les difficultés relatives à la situation des contractuels qui émargent sur ressources propres de l’établissement. Puisque le Palais de la culture a été sevré de revenus en cette crise sanitaire, il n’a pu atteindre les prévisions souhaitées au cours de l’exercice écoulé. Elle a exhorté la direction de l’établissement à renforcer son engagement pour l’exercice 2021 en vue de consolider les acquis de la période difficile.

Au titre de l’année en cours, le budget prévisionnel du Palais de la culture est équilibré en recettes et en dépenses à environ 640 millions de Fcfa contre 858 millions de Fcfa l’année dernière, soit une diminution de 1,34%. Dans ce montant, la subvention de l’état se chiffre à plus de 522 millions de Fcfa. Les ressources propres pour l’exercice sont estimées à 117 millions de Fcfa contre plus de 166 millions de Fcfa en 2020, soit une diminution de 0,71%.

Amadou SOW

autho

Amadou Sow

ARTICLES CONNEXES

VOIR TOUT

LES PLUS RECENTS

VOIR TOUT

LES PLUS LUS

VOIR TOUT

TWITTER