single

Le but est de permettre aux citoyens à faibles revenus de se procurer des bovins

Pour cette 11è édition de l’Opération ramadan qui se déroule du 3 au 12 mai, 1.500 têtes de bovins ont été mises sur le marché dans le District de Bamako avec des fourchettes de prix variés allant de 200.000 Fcfa à 350.000 F cfa. Son lancement officiel a eu lieu hier sur le terrain Chaba de Lafiabougou, sous la présidence du ministre de l’Agriculture, de l’Élevage et de la Pêche, Mahmoud Ould Mohamed. Il était accompagné de son collègue en charge de l’Industrie, du Commerce et de la Promotion des Investissements, Arouna Niang.

L’opération de vente promotionnelle, de portée économique et sociale pour les communautés rurales et urbaines, permet d’approvisionner les populations des grands centres de consommation en animaux de boucherie à des prix acceptables ou à moindre coût.

Le but est de permettre aux citoyens à faibles revenus de se procurer des bovins

Le but est de permettre aux citoyens à faibles revenus de se procurer un bovin que les gens abattent généralement la veille de la fête de ramadan. L’opération qui participe également à la réalisation de la sécurité alimentaire, permet d’augmenter les revenus des éleveurs.

Le thème choisi cette année est : «Élevage, facteur de croissance économique et de stabilisation sociale». Le choix de ce thème, selon le ministre de l’Agriculture, de l’Élevage et de la Pêche, trouve tout son sens dans leur volonté commune de faire du sous-secteur de l’élevage un des piliers de l’économie nationale et un puissant facteur d’intégration sociale.

Le ministre Ould Mohamed a, à cet effet, rappelé que le sous-secteur de l’élevage contribue pour près de 19% au Produit intérieur brut (Pib). Environ 82% des revenus des pasteurs et 18% de ceux des agropasteurs proviennent de l’Élevage, a-t-il précisé. Il est le 3è contributeur aux recettes d’exportation du Mali après l’or et le coton.

Au regard de son apport, le ministre en charge de l’Élevage a exhorté tous les acteurs impliqués dans le développement de la chaîne de valeur animale à un soutien plus ambitieux au sous-secteur de l’élevage et à un accompagnement conséquent au profit des professionnels.

L’organisation des ventes promotionnelles d’animaux de boucherie traduit, selon Mahmoud Ould Mohamed, l’engagement du gouvernement de fédérer les synergies afin de promouvoir les filières de production animales et répondre aux besoins de consommation des populations en produits animaux.

Au nom des éleveurs, Moustaph Traoré a remercié le ministre de tutelle et ses partenaires pour l’organisation de cette vente promotionnelle. Par ailleurs, il a saisi l’occasion pour attirer l’attention du chef du département en charge de l’Élevage sur les difficultés relatives aux mauvaises conditions de transport des animaux à Bamako.

Selon lui, à cause de ces difficultés, beaucoup d’animaux perdent la vie. Aussi, ont-elle empêché certains éleveurs d’atteindre le marché cette année, a déploré Moustaph Traoré.


Anne-Marie KÉITA

autho

Anne-Marie Keïta

ARTICLES CONNEXES

VOIR TOUT

TWITTER