single

Les exploitants agricoles des sept zones de l’Office du Niger (Niono, Macina, Kolongo, N’Débougou, M’Bewani, Molodo et Kouroumari) ont désormais jusqu’au 31 mai pour s’acquitter du paiement de la redevance eau. L’annonce a été faite par le président directeur général de l’Office du Niger, Abdel Karim Konaté mercredi dernier, lors d’une rencontre qui s’est tenue dans la salle de réunion de la direction de zone de Niono. C’était en présence des responsables de zones de l’Office du Niger, du délégué général des exploitants agricoles de l’Office du Niger, Abdoulaye Daou, du directeur de l’appui au monde rural, Bamoye Keita, des syndicats et des représentants des chefs de village.

Fixé au 31 mars de chaque année, le délai de paiement de la redevance eau a été ajourné, dans un premier temps, à la fin du mois d’avril par l’Office du Niger. Suite à une demande de la Chambre d’agriculture, la date d’échéance a été reportée une nouvelle fois au 31 mai 2021 afin de permettre aux exploitants agricoles de disposer suffisamment de temps pour payer la redevance eau et atteindre le taux de recouvrement, a confié le président directeur général de l’Office du Niger à l’issue de la rencontre.

Pour rappel, l’exploitant agricole est soumis au paiement de la redevance eau. Cette ressource importante permet à l’Office du Niger de faire face aux charges financières résultant des travaux de gestion de l’eau et d’entretien du réseau hydraulique. Abdel Karim Konaté a indiqué que la zone de Niono occupe la première place du classement de paiement de la redevance eau, suivie par Macina, Molodo, Kolongo, N’Débougou, M’Bewani et Kouroumari.

Il a saisi l’occasion pour exhorter les exploitants agricoles à s’acquitter du paiement de la redevance eau avant la date butoir du 31 mai. Ceci afin de permettre à l’Office du Niger d’exécuter à temps l’ensemble des travaux nécessaires à l’évacuation des eaux de pluie et à la prévention des inondations.

Le non-paiement de cette manne financière, faut-il le rappeler, aura non seulement de lourdes conséquences sur l’entretien des réseaux, mais aussi sur le bon déroulement de la campagne agricole 2021-2022.

Pour soutenir les agriculteurs et leur permettre de vivre dignement de leur travail, l’Office du Niger a effectué un dégrèvement normal et spécial pour les producteurs affectés par la crise sécuritaire. Malgré ces actions salutaires, beaucoup reste à faire.

Le président directeur général de l’Office du Niger s’est dit conscient des difficultés auxquelles font face les acteurs du monde rural, avant d’appeler à un engagement collectif afin de les surmonter. Il a salué les agriculteurs pour le rôle combien important qu’ils jouent pour l’atteinte de la souveraineté alimentaire du pays.

Mamadou SY
Amap-Ségou

autho

Mamadou Sy

ARTICLES CONNEXES

VOIR TOUT

TWITTER