single

Les méthodes alternatives de lutte peu coûteuses et respectueuses de l’environnement ont été privilégiées

L’Office national de protection des végétaux (OPV) a dévoilé, vendredi dernier,son programme phytosanitaire au titre de la campagne agricole 2021. C’était au cours de la 17è session ordinaire de son conseil d’administration présidée parle secrétaire général du ministère de l’Agriculture, de l’élevage et de la Pêche, Lassine Dembélé. C’était en présence du directeur général de l’OPV, Demba Diallo.

Pour Lassine Dembélé, président du conseil d’administration, les activités prévues pour cette année s’articulent, entre autres, autour de la surveillance phytosanitaire des cultures, des récoltes et des pâturages, de la lutte contre les nuisibles, du renforcement des capacités des agents, des producteurs, du cadre de collaboration et de partenariat avec l’ensemble des acteurs. La mise en œuvre de ce programme permet de minimiser les attaques de nuisibles sur les cultures et de contribuer à la protection des productions végétales, a précisé Lassine Dembélé. Le budget prévisionnel pour la concrétisation de ces activités se chiffre à 656.082 millions de Fcfa, contre 654.852 millions de Fcfa pour la campagne agricole 2020.

En effet, la campagne de l’année dernière a été marquée principalement par deux événements phytosanitaires majeurs, à savoir les infestations de chenilles légionnaires d’automne dans les différents bassins de production de maïs et les invasions d’oiseaux granivores dans les principales zones de culturescéréalières. Il y a eu d’autres situations phytosanitaires comme des sauteriaux, des coléoptères, des pucerons sur le mil/sorgho, le riz et les cultures maraîchères, les mouches sur les fruits et les légumes dans les Régions de Sikasso, Bougouni, Koutiala, Koulikoro et de Kayes, les rongeurssur le riz en zone Office du Niger, ont été observés à faible échelle dans ces localités.

En termes de chiffres, les activités réalisées en 2020 par l’Office de protection des végétaux (OPV) ont porté sur la prospection de 450.567 hectares, contre 526.428 hectares en 2019, a rappelé le secrétaire général du ministère de l’Agriculture, de l’élevage et de la Pêche, ajoutant que 235.942 hectares sur une superficie totale infestée de 281.933 ha ont été traités, contre 261.055 hectares en 2019.

Les méthodes alternatives de lutte peu coûteuses et respectueuses de l’environnement, ont été privilégiées et diffusées durant la campagne, a noté Lassine Dembélé. Il s’est réjoui de constater qu’en dépit des moyens limités, les efforts fournis par l’ensemble des acteurs dans un cadre de synergie, ont permis de contenir les infestations de nuisibles et de protéger les cultures. Au vu de ces résultats, il a remercié l’ensemble des partenaires techniques et financiers pour leurs appuis multiformes et leur accompagnement à l’Office de protection des végétaux pour l’atteinte de ces résultats encourageants.

Lors de ces travaux, les administrateurs ont examiné le procès-verbal de la 16è session du conseil d’administration, l’état d’exécution des recommandations de cette session et le rapport d’activités de la campagne 2020/2021. Ils ont également analysé l’état d’exécution du budget afférent, du programme d’activités de 2021/2022 et le projet de budget 2021.

Amadou GUÉGUÉRÉ

autho

Amadou Guéguéré

editor

Le fil conducteur

TWITTER