single

Elle a réussi l’exploit de sauver de la dérive des bébés abandonnés, des orphelins,la progéniture de plusieurs familles démunies, et celle de nombreuses mères malades mentales

La vocation de sauver les enfants en situation difficile ne fleurit pas dans tous les cœurs. Cette fragile couche sociale a besoin d’un bras secourable robuste pour avoir un avenir radieux.Mme Diallo Mariam Camara dite « Mata » incarne la solidarité à Sikasso. Elle héberge les enfants malheureux et les aides ménagères dans le Centre d’accueil qu’elle a créé, en juin 2009, pour les protéger et les éduquer.Le quartier Wayerma I abrite le Centre d’accueil pour la protection, l’éducation des enfants en situation difficile et des aides ménagères (CAPEMA) situé non loin du marché aux poulets appelé enbambara « chè sougouni ». Depuis l’entrée du centre, on entend des cris de joie et des pleurs des enfants. Dans la cour, des bambins de 2 à 5 ans jouent dans tous les coins.

Une bouée de sauvetage. Tandis que les garçons s’amusent avec les jouets, les filles,joyeuses, se regroupent et chantent ce couplet prometteur sur leur avenir : « Nous sommes les orphelins du CAPEMA. C’est d’ici que sortiront les futurs présidents, directeurs, secrétaires… Avec le soutien et l’affection de tante Mariam, nous les orphelins ne perdront jamais espoir dans la vie ». Les deux nourrices de garde, habillées de vert, font la ronde et veillent au grain. L’une change les couches des tout-petits .

L’autre prépare le petit plat spécial de la communauté. La promotrice du CAPEMA rappelle son combat pour se tirer de mille situations douloureuses pendant sa jeunesse. Le récit qui suit est une leçon de vie :« Être orphelin, c’est dans le destin. Ce n’est pas synonyme de mendicité. J’ai été orpheline deux mois après ma naissance. J’ai grandi dans une grande famille. J’ai trop souffert dans l’enfance. J’ai subi trop d’injustices. Grâce aux bonnes volontés, j’ai pu étudier. Aujourd’hui, je suis agent dans un service des collectivités territoriales de Sikasso. C’est pour tendre la main à d’autres orphelins que j’ai créé ce centre ».

Pendant notre entretien, Diallo Mariam Camara est habillée en tissu jaune. Les souvenirs de son enfance difficiles uscite en elle une forte émotion que traduisent les larmes chaudes qui coulent sur ses joues. La visionnaire « Mata » confie que cet orphelinat constitue sa famille. « Chaque fois que je suis très triste, il me suffit de me rendre auprès de ces enfants pour retrouver la joie de vivre», affirme-t-elle. En outre, Mme Diallo témoignera son engagement pour le soutien des enfants accueillis dans son centre. « Si Dieu me donne longue vie, j’accompagnerai ces enfants jusqu’à l’âge adulte .Ils seraient parvenus à se prendre en charge. Ils ne seront jamais un fardeau pour la société », assène - t-elle.

Le CAPEMA est une structure à caractère social, apolitique, laïc à but non lucratif. La capacité d’accueil du centre est de 82 enfants, dont 47 filles et 35 garçons. Cet effectif inclus 49orphelins de mère arrivés de plusieurs villes, villages et hameaux de la 3ème région. Les autres, orphelins de père, vivent dans leurs familles respectives. Ils bénéficient de l’appui du centre sous forme de prise en charge médicale, scolaire et alimentaire.

La directrice du CAPEMA rayonne de joie depuis quelques jours. Elle révèle que«les deux grandes filles du centre se marieront cette année. Toutes, deux, ont obtenu leur bac. Après le mariage, elles poursuivront leurs études ». L’orphelinat de Mariam Camara assure la garde des enfants de quelques mères adolescentes pendant les heures de classe.

Bel Exemple de Solidarité. Malgré l’ambition et l’engagement de Mme Diallo Mariam Camara, tout n’est pas rose dans son centre. La directrice fait face à d’énormes défis concernant la prise en charge sanitaire, scolaire, alimentaire et vestimentaire des enfants.. Elle a besoin d’un partenaire pour avoir les moyens de construire un deuxième centre d’hébergement« des grands » et « des plus petits ». Le temps est venu d’acquérir de nouveaux équipements et de rénover les annexes.

Mme Diallo Mariam Camara souhaite bénéficier d’un accompagnement compétent pour assurer le bon fonctionnement du centre. Elle envisage de créer un village SOS pour ses enfants. Le CAPEMA a obtenu des autorités une parcelle à 8 millions F cfa. Le centre a déjà payé 5 millions F cfa. De bonnes volontés se sont engagées pour éponger le reliquat ». Ce village permettra d’assurer le logement des orphelins. Elle saisit l’opportunité pour inviter le gouvernement à décerner une décoration à ses nourrices, qui depuis plus de 10 ans, accomplissent un service volontaire. Quel bel exemple de solidarité à la malienne.

La charitable Mme Diallo s’occupe également des aides ménagères. Elle organise pour elles des sessions de formation, de sensibilisation et de placement pour valoriser leur métier. Le centre depuis son ouverture a assisté plus de 198 aides ménagères. Il les forme et les place dans des familles. Ce volet performant fait la fierté de Mme Diallo Mariam Camara : «Actuellement, mes aides ménagères sont payées à 10.000 F cfa par mois », précise-t-elle.

offrir un bel avenir aux enfants.

Les collaborateurs de Mata soulignent unanimement son engagement pour le bien- être du centre. La directrice régionale de la promotion de la femme, de l’enfant, et de la famille de Sikasso, Mme Keïta Fatoumata Samaké reconnaît que « la promotrice de CAPEMA se bat pour la survie des enfants ».

Elle salue la franche collaboration qui existe entre leurs deux structures depuis l’ouverture de l’orphelinat.

La preuve ? « Nous mettons à la disposition du centre les enfants abandonnés ». Mais Mme Kéïta regrette le fait que les enfants dépassent l’âge de l’adoption à l’orphelinat.

Le directeur régional du développement social et de l’économie solidaire de Sikasso, Mr Mamadou Mama Dioni, insiste sur la bonne collaboration entre sa direction et le centre CAPEMA. Il offre au centre d’accueil des vivres et des non-vivres. Il affirme que « Nous œuvrons tous dans le même sens.L’immatriculation des enfants au Régime d’assistance médicale est également l’une de mes initiatives. »M. Dioni invite toutes les bonnes volontés à aider la promotrice pour offrir un bel avenir aux orphelins du CAPEMA.

Mariam F. DIABATÉ
Amap-Sikasso

autho

Mariam F. Diabaté

ARTICLES CONNEXES

VOIR TOUT

LES PLUS RECENTS

VOIR TOUT
editor

Bamako très sale

LES PLUS LUS

VOIR TOUT

TWITTER