single

Le ministre en charge de la Communication

La relecture des textes de la presse, la formation, la rénovation de la Maison de la Presse, l’aide à la presse, voilà les grands sujets qui ont été abordés, hier lors de la rencontre entre le ministre de la Communication, de l’Économie numérique et de la Modernisation de l’Administration, Me Harouna Mamadou Toureh et le président du Comité de pilotage de la Maison de la Presse, Bandiougou Danté.

Ont pris par à la rencontre des membres du cabinet du ministère, le directeur général de l’Agence malienne de Presse et de publicité (Amap), Bréhima Touré, le directeur général de l’ORTM, Assane Baba Diombélé et la directrice générale de l’Agence nationale de communication pour le développement (ANCD), Assa Coulibaly.

À l’issue de la rencontre, le président du Comité de pilotage de la Maison de la Presse a exprimé sa satisfaction et témoigné sa reconnaissance au ministre Harouna Mamadou Toureh qui, dira-t-il, «a toujours montré sa disponibilité pour accompagner la presse, bien avant sa nomination à la tête du ministère en charge de la Communication».

«Avec le ministre, nous avons évoqué toutes les questions qui concernent la presse nationale, il n’a esquivé aucune question. Il a renouvelé son engagement à nous accompagner et promis d’être notre avocat auprès des autorités. Il a clairement dit que la réussite de la Transition passe par la presse, nous sommes très contents de cette rencontre», a ajouté Bandiougou Danté.

À l’instar du président du Comité de pilotage de la Maison de la Presse, le ministre en charge de la Communication a également affiché sa satisfaction après la rencontre, promettant de tout mettre en œuvre pour «un partenariat solide et loyal avec la presse». «J’ai pris bonne note de tout ce qui a été dit aujourd’hui (hier, ndlr), la presse est d’utilité publique et mérite, à ce titre, d’être respectée et aidée. Comme l’a dit le Premier ministre, on ne peut réussir la Transition sans une forte implication des médias.

La presse est comme une vitrine à travers laquelle, les Maliennes et les Maliens lisent le Mali», a souligné le ministre Toureh, avant d’ajouter qu’il fera tout ce qui est à son pouvoir pour améliorer les conditions de travail de la presse nationale.

«Ensemble, nous allons définir les problèmes et essayer de trouver des solutions pour que la presse joue pleinement son rôle», insistera le ministre de la Communication, de l’Économie numérique et de la Modernisation de l’Administration. Le dossier du Festival Onde de Liberté a également été évoqué lors de la rencontre, Me Harouna Mamadou Toureh s’est engagé à le relancer, si les autorités sanitaires donnent leur feu vert.



Souleymane B. TOUNKARA

autho

Souleymane Bobo Tounkara

ARTICLES CONNEXES

VOIR TOUT

TWITTER