single
Dans un communiqué publié ce jeudi, la Force conjointe du G5 Sahel dément des « rumeurs sur les réseaux sociaux » qui font état allégations «exactions commises» par une de ses unités lors d’une opération sur le terrain.


Selon, le communiqué de la Force des États sahéliens, les rumeurs incriminent son 8ème bataillon qui se serait rendu « coupable d’arrestations arbitraires de civils dans les localités de Bakal et Kaygourou et d’exécution sommaire d’un civil dénommé Sidi El Moctar dans les environs de la localité de Bakal».


Ledit bataillon, poursuit le communiqué, aurait également affronté des éléments terroristes de l’Etat islamique au grand Sahara (EIGS) au cours de leur progression, affrontement à l’issue duquel au moins vingt (20) terroristes auraient été neutralisés.


« Ces allégations sont infondées », note le communiqué de la Force conjointe du G5 Sahel. Et d’insister : « Ni le bataillon tchadien, ni aucune autre unité de la Force conjointe, jusqu’à preuve de contraire, ne pourraient être tenus pour auteurs de ces allégations ».


Par contre, informe la Force conjointe, 11 individus, trois (03) combattants de l’EIGS et huit (08) présumés terroristes, sont détenus par ses services de prévôté. Ces détenus « seront mis à la disposition des services compétents de leur pays d’origine pour la suite des procédures judiciaires », assure la Force sahélienne.


La Force conjointe du G5 Sahel condamne des « allégations infondées faites à son encontre et visant uniquement à ternir son image ». Elle rappelle également appliquer « une politique de tolérance zéro en matière de violation des droits de l’homme ».


M. TOURÉ

autho

Mohamed Touré

ARTICLES CONNEXES

VOIR TOUT

LES PLUS RECENTS

VOIR TOUT

LES PLUS LUS

VOIR TOUT

TWITTER