single

Les armées du Burkina Faso, du Niger et du Mali, en coopération avec la Force Barkhane, poursuivent leurs efforts dans la région dite des «trois frontières» en menant des opérations de harcèlement dans
le Gourma et le Liptako

Trois compagnies maliennes du 33è Régiment de commandos parachutistes (RCP) et du 62è Régiment d’infanterie (RI) accompagnées par le Groupement tactique désert (GTD) Lamy ont poursuivi leurs opérations de harcèlement des Groupes armés terroristes (GAT) aux environs de Boulkessi. C’est un communiqué de la Force française Barkhane, rendu public le 29 janvier dernier, qui l’annonce.

Après avoir reconnu plusieurs zones d’objectifs, les militaires maliens et français ont investi un campement repéré par un hélicoptère de la Force Barkhane. Sur la totalité de l’action, ils ont neutralisé un terroriste et saisi des ressources logistiques dont des munitions, une trentaine de motos ainsi que de nombreux moyens de communication. Le 19 janvier dernier, poursuivant son action, révèle le communiqué, le GTD Lamy a par la suite progressé en direction de Hombori afin de mener de nouvelles reconnaissances dans la zone de Dara et des grottes de Lepegou. La fouille des cavités situées à flanc de collines a permis de découvrir quatre AK47, un pistolet mitrailleur, des munitions et de nouvelles ressources logistiques.

Opérant plus à l’Est, les éléments tactiques interarmes (ETIA) de la Force conjointe (FC) du G5 Sahel avec le GTD Conti ont poursuivi leurs opérations en coordination. Une section des Forces armées reconstituées (FAR) de Ménaka accompagnée par les sous-groupements français a mené une reconnaissance offensive dans la zone de Korfouweywey, en coordination avec un ETIA malien, un ETIA nigérien et un ETIA burkinabé.
«Les militaires de la FC G5 et français ont découvert et détruit des motos et de l’armement. Relançant leur action de part et d’autre de la frontière entre le Mali et le Burkina Faso, ils ont procédé à plusieurs opérations de harcèlement des GAT dans la région de Ouedli», peut-on lire dans le même document qui ajoute que le 23 janvier dernier, au cours d’une reconnaissance en profondeur, les militaires de la FC G5 et français ont découvert deux pick-up, une mitrailleuse et de nombreuses munitions.

En début de semaine, le Groupement commando de Barkhane a mené une opération d’infiltration particulièrement agile dans le secteur d’Almoustarat. Mis en place par hélicoptère, les commandos ont reconnu plusieurs objectifs localisés en ville et se sont ainsi saisis d’éléments de renseignement à exploiter.
L’Unité légère d’intervention et de reconnaissance n°4 malienne et le Task group franco-estonien de la Task force Takuba ont mené une patrouille de recherche et d’action dans la profondeur de Labbézanga afin de harceler les groupes armés terroristes de la zone du fleuve Niger.
Cette opération a permis aux soldats maliens de mettre en œuvre et d’approfondir les enseignements prodigués par les militaires de la Task force Takuba. Au cours de cette opération, ils ont notamment capturé plusieurs éléments terroristes et saisi trois motos, de l’armement dont un AK47 et des téléphones portables.

Massa SIDIBÉ

autho

Massa Sidibé

ARTICLES CONNEXES

VOIR TOUT

LES PLUS RECENTS

VOIR TOUT
editor

Bamako très sale

LES PLUS LUS

VOIR TOUT

TWITTER