single

Après avoir inauguré le 2è Pont de Kayes, le Premier ministre Moctar Ouane a présidé, dans l’après-midi du samedi, la conférence des cadres. Objectif : rencontrer les forces vives de la région, écouter la population, recenser leurs besoins et préoccupations afin de voir ensemble les réponses appropriées à apporter aux problèmes, dans l’immédiat, à moyen et long termes.
Prenant la parole à cet effet, le maire de la Commune urbaine de Kayes a souhaité la bienvenue à la délégation du Premier ministre et aux participants. Adama Guindo a mis l’accent sur la création d’une Université technique à Kayes qui formera, selon lui, des cadres pouvant contribuer au développement socioéconomique de notre pays. L’édile a également souhaité l’amélioration du plateau technique de l’hôpital régional de Kayes et la réalisation d’un lycée public à Kayes N’Di pour désengorger le lycée Dougoukolo Konaré. Selon lui, l’éclairage public est défaillant alors que tous les abonnés paient automatiquement à la société nationale d’énergie (EDM) la redevance éclairage public. «Nous avions dénombré un moment plus de 400 lampadaires non fonctionnels à travers la ville», a-t-il illustré, invitant à renforcer les capacités techniques et matérielles de la direction régionale afin de pouvoir faire face à de telles urgences.

À sa suite, le président du Conseil régional de la société civile, Mamadou Coulibaly, a plaidé pour la protection et la sauvegarde de l’environnement, notamment dans le Cercle de Kéniéba. Ces localités aurifères sont un désastre à cause de l’orpaillage clandestin et la présence massive de dragues qui polluent l’eau de la Falémé, a souligné l’enseignant. Il a également attiré l’attention sur l’enclavement des cercles de la région pourtant connus comme étant de «grandes zones de production agro-sylvo-pastorale».
Les femmes ont, elles, déploré la non prise en compte de la loi relative à la promotion du genre. Sur 52 services, aucune femme n’occupe un poste de responsabilité, ont-elles illustré, tout en invitant le Premier ministre à prendre des décisions urgentes pour atténuer les difficultés auxquelles sont confrontées les personnes vivant avec un handicap notamment l’accès difficile aux services et lieux publics, leur représentativité dans les services.

En réponse aux doléances formulées, le Premier ministre s’est réjoui de constater l’esprit de collégialité qui prévaut entre les services techniques de la région. Tout en les encourageant à renforcer cette cohésion nécessaire pour un développement harmonieux, Moctar Ouane a assuré que les préoccupations exprimées seront prises en charge dans leur globalité. La représentativité des personnes vivant avec un handicap est une préoccupation du gouvernement et des dispositions sont prises pour abréger leur souffrance, a promis le chef du gouvernement.
Cette rencontre avec les forces vives de la région a été suivie de la cérémonie de lancement des business plans et de remise de kits auto-emplois à des associations et personnes physiques venues de différentes localités. La cérémonie organisée à cet effet s’est déroulée à l’Atelier école de Kayes, un démembrement de l’Agence nationale pour l’emploi (ANPE), sis à Diyala dans la périphérie de Kayes, en allant vers le Sénégal. Ces kits, au nombre de 29, sont destinés à des personnes exerçant des petits métiers comme l’électricité, la plomberie, la construction métallique, la menuiserie, le maraichage, la teinture, le carrelage, la maçonnerie, la mécanique auto et d’engin à deux roues, la restauration, la boucherie, la maroquinerie, etc. Ces équipements octroyés permettront de générer ou de consolider 237 emplois, s’est réjoui le ministre de l’Emploi et de la Formation professionnelle, porte-parole du gouvernement. Il s’agit-là, a insisté Mohamed Salia Touré, de contribuer à «la renaissance de l’espoir perdu», prévenant que les enjeux liés à la question de l’emploi notamment des jeunes exigent des solutions immédiates.


C. M. T.

autho

Cheick Moctar Traoré

ARTICLES CONNEXES

VOIR TOUT

LES PLUS LUS

VOIR TOUT

TWITTER