single

C’est dans la salle des banquets du palais de Koulouba que le président de la Transition, le colonel Assimi Goïta a reçu les associations et groupements de la presse au Mali. L’objectif était d’informer les invités sur les récents évènements qui ont conduit à la destitution du président de la Transition, Bah N’Daw et du Premier ministre, Moctar Ouane. Il s’agissait également de solliciter l’accompagnement des médias pour la réussite de la Transition.

Le directeur de cabinet du président de la Transition a, en premier, pris la parole pour faire le récit des problèmes ayant conduit à la situation actuelle dans notre pays. Selon le capitaine Demba N’Daw, il y avait un blocage au sein de l’appareil d’État qui visait à écarter le vice-président de la Transition de toutes les décisions importantes concernant la vie du pays, particulièrement les questions de défense et de sécurité qui lui étaient dévolues par la Charte de la Transition.

À sa suite, le chef de l’État a utilisé la métaphore de la boule de feu pour expliquer qu’il vaut mieux avoir la presse avec soi que contre soi. Le colonel Assimi Goïta a ensuite invité les hommes de médias à contribuer à la stabilisation de notre pays et à œuvrer pour un Mali un, indivisible et apaisé qui est le seul agenda qui importe pour lui et son équipe. «L’acte que nous avons posé est légitime, car il y va de l’intérêt supérieur de la Nation», a insisté le colonel Assimi Goïta.

«Maintenant, a invité le chef de l’État, il faut nous aider à pouvoir organiser des élections libres et transparentes dans neuf mois et rompre avec 30 ans de gestion calamiteuse du pays. Aujourd’hui, le Mali manque de leadership, c’est-à-dire, un homme de caractère qui gouverne avec comme seule motivation, l’intérêt général».
Le chef de l’État a salué les hommes de presse pour leur présence

Le chef de l’État a expliqué que la proposition du poste de Premier ministre au M5-RFP relève du désir d’apaiser le climat social et de la volonté de faire participer tous les fils du Mali à l’effort de reconstruction nationale. Pour y arriver, il a appelé les médias à la mobilisation pour lutter contre les fausses informations qui sont de nature à déstabiliser le pays et à saper le moral des troupes au front.

«Nous devons nous battre dès à présent pour réaliser le Mali Koura dont nous rêvons tous, pas pour nous, mais pour les générations futures. Pour ce faire, je compte sur votre professionnalisme et votre patriotisme », a conclu le chef de l’État.

Auparavant, le président de la Transition avait rencontré le Patronat malien, conduit par son vice-président Mohamed Diawara. Aux acteurs économiques de notre pays, le président Assimi Goïta avait également expliqué les raisons qui l’ont amené à poser les actes du 24 mai dernier. Le colonel Assimi Goïta a assuré de sa volonté et détermination à organiser des élections libres et transparentes au terme des neuf mois de Transition qui restent.

Il a sollicité l’appui et l’accompagnement des milieux d’affaires afin de léguer « aux générations futures » un Mali stable et prospère, et pour la réduction du coût de la vie. « Dès maintenant, les Maliens doivent sentir un changement », a-t-il dit. Il a dit compter sur le soutien et l’accompagnement des auteurs économiques pour arriver à réduire le coût de la vie.

Pour sa part, a assuré le chef de l’État, une lutte implacable sera menée contre la corruption généralisée qui mine tous les efforts de développement depuis 30 ans. Aussi a-t-il a promis de combattre «les populistes » pour qui la démoralisation de l’armée est devenue un fonds de commerce.


Cheick Amadou DIA

autho

L'ESSOR

ARTICLES CONNEXES

VOIR TOUT

TWITTER