single

L’implication des femmes augmente fortement l’adoption de ces équipements

Dans le cadre de la mise en œuvre de son Projet «Développement du marché du secteur de la cuisson propre au Mali, MADECC», l’Organisation néerlandaise de développement (SNV) au Mali a lancé samedi dernier à la Maison de la femme à Sabalibougou le Label GWA+ pour les foyers améliorés.

La cérémonie était présidée par le secrétaire général du ministère de la Promotion de la Femme de l’Enfant et de la Famille, Chiaka Magassa en présence du directeur-pays de l’Organisation néerlandaise de développement (SNV-Mali), Harm Duiker. On notait également la présence de la directrice nationale de l’énergie, Aminata Fofana et le président de Mali Alliance for clean cokstoves (Mali-ACC), Ousmane Samassékou.

Le directeur-pays de l’Organisation néerlandaise de développement (SNV-Mali), Harm Duiker, s’est dit très heureux de la participation et l’accompagnement du ministère de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille dans la mise en œuvre du Label GWA+. Harm Duiker expliquera que l’utilisation non durable du bois et du charbon a un impact néfaste sur l’environnement surtout avec la disparition des forêts.

Il dira ensuite que son organisation a le mandat d’accompagner les acteurs du secteur de la cuisson au Mali à faciliter cette évolution vers la cuisson propre. Selon Harm Duicker, des études ont montré que l’implication effective des femmes dans tous les maillons de la chaîne de valeurs de ces nouvelles technologies de cuisson augmenterait fortement leur adoption.

Le président de Mali Alliance for clean cookstoves (Mali-ACC), Ousmane Samassékou a précisé qu’environ 3 milliards de personnes dépendent des combustibles solides pour préparer leurs repas.

«Lorsqu’ils sont brûlés, les combustibles comme le bois, le charbon de bois et même les excréments d’animaux créent une fumée dangereuse qui entraîne des maladies cardiaques et pulmonaires. Ces combustibles brûlés provoqueraient également des cancers, des cataractes, et d’autres impacts qui font chaque année 4 millions de morts, dont 38.100 femmes et enfants au Mali.

Selon une estimation, 25% des émissions de carbone noir dans l’atmosphère proviennent du secteur de la cuisine résidentielle. Pour Ousmane Samassékou, l’accès des foyers et à des combustibles propres, sûrs, efficaces et abordables est l’un des besoins de développement mondial les plus urgents de notre époque (ODD7). Et c’est dans ce cadre que l’Alliance mondiale pour des foyers propres a vu le jour en 2010. Elle a pour mission de sauver des vies, d’autonomiser les femmes et de protéger l’environnement grâce à la création d’un marché mondial pour des solutions de cuissons propres.

Pour la directrice nationale de l’énergie, Aminata Fofana, des efforts sont entrepris depuis des décennies pour faire face à la consommation abusive des combustibles occasionnant la surexploitation du patrimoine forestier et l’accentuation de la déforestation.

Elle a rappelé que la stratégie énergie domestique et le projet énergie domestique ont été élaborés respectivement en 1990et en 2003. Ces projets, a-t-elle poursuivi, ont pour objectifs d’améliorer l’accès à l’énergie et d’accroître le développement économique sans porter préjudice à l’environnement à travers le mode d’approvisionnement en combustible ligneux.

Dans son discours de lancement, le secrétaire général du ministère de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille a expliqué que le concept GWA+ est le fruit d’un long processus. «Ce joyau qu’est le label qualité GWA+ des foyers améliorés va révolutionner l’environnement du secteur de la cuisson propre au Mali», a déclaré Chiaka Magassa. S’exprimant sur le Label GWA+, le secrétaire général du ministère dira que «GWA» signifie, Foyer et le +, renvoie selon lui à plus de qualité, de bien-être, plus d’économie et plus de santé du fait de la réduction des émissions de particules primaires responsables de diverses maladies, dont les femmes souffrent.

Pour lui, il n’y a plus salutaire pour une femme dont les principales tâches au foyer est de préparer à manger pour la famille que d’avoir l’opportunité d’accès à des technologies de cuissons plus efficaces. Chiaka Magassa a déclaré que son département reste engager dans la mise en œuvre des priorités nationales en matière du genre et l’autonomisation de la femme.

Aminata HAÏDARA

autho

L'ESSOR

ARTICLES CONNEXES

VOIR TOUT

TWITTER