single

Les activités de la 2è édition du Festival de Kéla se sont déroulées sur le terrain de football de la localité du 28 au 30 mai 2021 sous la présidence du chef de la Mission culturelle de Kangaba, Pépé Chistophe Loua.

Pour cette 2è édition, la promotrice de l’événement culturel Mme Amsétou Sanogo a choisi comme thème, les droits des femmes et des filles (Scolarisation des filles). Le choix de ce thème n’est pas fortuit. Le fait d’en parler au cours de l’événement permettra d’aboutir à la réduction du temps de travail de la jeune fille dans les ménages et sur les sites d’orpaillage. Le vœu le plus ardent de la promotrice reste et demeure la scolarisation des filles et leur maintien à l’école.

Ce choix nous interpelle tous, car, ne dit-on pas souvent «qu’éduquer une femme c’est éduquer toute une nation». Le chef de la Mission culturelle de Kangaba a expliqué que les femmes au Mandé ont toujours été les conseillères et les complices des hommes et on a coutume de dire que derrière un grand homme il y a toujours une grande dame. Il a ajouté que la scolarisation des jeunes filles est le socle de la prise de conscience de l’importance du rôle de la femme au sein de la société et elle concourt à la promotion de nos valeurs sociétales. Aussi, le rôle de la femme constitue un facteur de raffermissement de la cohésion sociale et du vivre ensemble et elle contribue ainsi à la culture de la paix.

Pépé Chistophe Loua a rappelé que le Mandé nous a légué un riche héritage culturel, matériel et immatériel, aujourd’hui classé dans le patrimoine culturel national, et reconnu par la communauté internationale. En témoigne l’inscription de la Charte de Kurukanfuga et de la réfection septennale du toit du Kamabulon (Case sacrée de Kangaba) sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO (Organisation des nations unies pour l’éducation, la culture et la science).

Le programme du festival était très riche. Durant les trois jours, les populations du Mandé en général et de Kéla en particulier ont joint l’utile à l’agréable. Elles ont eu droit à des démonstrations artisanales, coutumières et traditionnelles, à la mamaya des femmes de Kéla, aux actions de sensibilisation et un atelier de formation sur les droits des femmes et des filles.

Les activités ont également été ponctuées par des visites touristiques et des foires exposition. Plusieurs artistes étaient invités au nombre desquels on peut citer, entre autres, Amadou et Mariam, Moriba Diabaté, Iba One, Djénéba Seck, Yah Kouyaté, Awa Kassemady Diabaté, Vieux Farka Touré et Ismaël Tabouré.

Pour clore en beauté le festival, les femmes de Kéla se sont engagées à scolariser toutes les filles du village et à ne rien ménager pour leur maintien à l’école. Rappelons que Kéla est un village légendaire de la tradition orale de la Commune rurale de Minidian, dont Kangaba est le chef lieu de commune.

Sidy DOUMBIA
Amap-Kangaba

autho

L'ESSOR

ARTICLES CONNEXES

VOIR TOUT

TWITTER