single

Des enfants du jardin Kassé Kéita

Les tout-petits sont plus enclins à faire de la pneumonie ou d’autres pathologies pulmonaires pendant le grand froid. Il faut les couvrir et organiser de petits exercices physiques pour eux

Certains spécialistes de la médecine sportive expliquent que la pratique de l’activité physique pendant le froid contribue à l’amélioration de la circulation sanguine. En période de froid, les tout-petits sont plus enclins à faire de la pneumonie et d’autres maladies pulmonaires, d’où la nécessité de les protéger avec des vêtements indiqués contre le grand froid, notamment les pull-overs et autres manteaux pour enfants.
Les centres de développement de la petite enfance (CDPE), plus connus sous le nom de «jardins d’enfants», s’inscrivent dans une posture de protection des enfants pendant le grand froid. Ils organisent des activités ludiques par le biais des monitrices pour simplement expliquer un peu les risques liés au froid, mais aussi faire en sorte que ces activités permettent de réchauffer ces petits corps fragiles.

Dans la cour du jardin d’enfants Kassé Kéita, situé au Quartier du fleuve, c'est la récréation. Les gosses gambadent sur les manèges, les toboggans et autres balançoires. Certains savourent bien leur gouter loin de leurs turbulents camarades. Mais tous ou presque portent des pull-overs. Certains d’entre eux ont en plus les mains gantées. Mme Coulibaly Coumba Kéita est l’une des monitrices de ce centre. Elle-même est bien couverte d’un chandail. La monitrice explique que chaque matin, après la montée des couleurs, le CDPE Kassé Kéita organise des activités en plein air pour réchauffer les petits enfants. Ils y pratiquent de la gymnastique, mais aussi des jeux mobiles et l’éducation physique. Les vendredis sont consacrés à la ronde, précise la monitrice. «Nous avons recours à des leçons de morale pour sensibiliser les enfants sur les conséquences néfastes du froid», raconte-t-elle. Salimata Kéita, âgée de 5 ans, est à la grande section au jardin d’enfants Kassé Kéita.

Drapée dans son pull-over rose, elle retient bien les conseils de ses monitrices. Selon elle, les parents doivent vêtir leur progéniture d’habits lourds. La fillette cite volontiers quelques maladies dues au froid, notamment la pneumonie, le rhume, la toux et l'angine. Comme la plupart de ses camarades, Salimata Kéita évite de se laver tous les matins. «Même avec de l’eau chaude, je me lave moins pendant le froid». Pour elle, cela permet d’éviter d’attraper de la pneumonie ou d’autres pathologies qui sévissent fréquemment pendant le grand froid.

Mme Fomba Fatou Sangaré est aussi monitrice dans un jardin d’enfants. La voix enrouée par une angine, la pédagogue apprécie bien les échanges que nous avons avec ses «moineaux». Elle explique avoir été agréablement surprise par une jeune de 5 ans aussi qui rappelait la nécessité de se protéger contre le vent pour ne pas avoir la pneumonie. «On est peut-être loin d’imaginer qu’à cet âge, un enfant comprenne les risques liés au froid», s’étonne Mme Fomba. Et de se féliciter du fait que le message a été bien reçu par les enfants.

Kadia Tembely, monitrice au Complexe scolaire Louise Taillet partage le même avis. Dans son établissement, elle consacre 5 minutes à des conseils utiles contre le froid, au moins trois fois par semaine.
Quant à sa collègue qui enseigne dans une maternelle à Titibougou, elle reconnaît aussi que le froid est une période très difficile à supporter pour les enfants. «Nous faisons des activités physiques pendant environ une dizaine de minutes pour réchauffer les enfants», indique Mariam Dansoko.
Malgré l’intransigeance des encadreuses sur le port des habits lourds, certains enfants développent une intolérance aux vêtements en soie. à ce propos, Mme Coulibaly Coumba Kéita, nous parle de l’exemple de la petite Mariétou qui ressent des démangeaisons chaque fois qu’elle porte le pull. En ce moment précis de notre entretien, un jeune garçon débarque d’une voiture avec des habits légers.

La monitrice se fait le devoir de rappeler à ses accompagnants la nécessité de le couvrir les matins au moins avec un pull-over. Les gosses qui sont transportés le matin par des motocyclistes doivent être encore plus protégés avec des habits lourds, des cache-nez, gants et bonnets pour couvrir leurs oreilles, explique notre monitrice. Mme Dembélé Rokiatou Sissoko, monitrice à la section des petits au jardin d’enfants Kassé Kéita. Dans sa classe, les enfants ont 3 ans. Elle aime à rappeler aux parents les bonnes manières à adopter pendant le froid. Cette sensibilisation se fait à l’accueil devant la porte.
Pour préserver les enfants du froid, certains parents n’hésitent pas à leur faire porter en plus des gants, des chaussettes et des bonnets. Aminata Coulibaly a une petite fille inscrite au jardin d’enfants. Cette mère utilise le beurre de karité comme pommade de rafraichissement de la peau de son enfant en cette période de froid.

Elle prête à cette substance des vertus mais rappelle surtout son efficacité contre l’agression de la peau (sécheresse cutanée) pendant le froid. Elle vêt aussi sa fille avec des habits lourds. Comme elle, d’autres mères de famille prennent les précautions nécessaires, ou mettent en application les conseils utiles pour protéger leur progéniture de la baisse de température. Dr Ali Bah, pédiatre signale que le froid peut causer des infections respiratoires telles que la pneumonie, le rhume et la rhinite. Cette dernière maladie, précise le toubib, est une inflation aiguë de la muqueuse des fosses nasales. Dr Bah insiste sur le fait que les parents doivent couvrir leurs progénitures et limiter les bains.


Mohamed D. DIAWARA

autho

Mohamed D. Diawara

ARTICLES CONNEXES

VOIR TOUT

LES PLUS RECENTS

VOIR TOUT

LES PLUS LUS

VOIR TOUT

TWITTER