single

S’autoriser à espionner les téléphones portables de leurs conjoints (tes), expose à des découvertes peu agréables


Quand le doute apparaît au sein d’un couple, progressivement la confiance cède la place à la méfiance. C’est le début du chaos ! Malgré cette prévision d’un malheur certain, par curiosité beaucoup d’entre nous ont franchi le pas. Chercher à savoir ce qui se passe dans lemonde de son conjoint (e), et surtout, s’il nous est fidèle ou pas. à cette envie que l’on tente courageusement d’étouffer, beaucoup ont craqué, et ne se privent pas l’occasionde jeter un coup d’un œildans le téléphone de son partenaire.

Avant de rentrer dans le vif du sujet, le micro trottoir nous en donne une idée.


M : avez-vous au moins une fois fouillé dans le téléphone de votre femme ?

Oui


Combien de fois ?

Plusieurs fois.


Pour quelles raisons ?

Parce qu’il faut contrôler, savoir ce qui se passe.


N’avez-vous pas confiance en votre femme ?

Si. Mais souvent, elle peut flirter, si c’est le cas, il faut s’en occuper à temps.


Et si vous faites des découvertes pas agréables, comment gérez-vous cette situation ?

Cela dépendra des explications qu’elle me donnera, a répondu le monsieur.

Nous avons posé des questions à une autre épouse.


Mme : Avez-vous déjà fouillé le téléphone de votre mari ?

Oui.


Qu’avez-vous trouvé ?

La preuve que mon mari me trompe. Au fil des jours, j’ai découvert des messages envoyés par une femme. J’ai relevé le contact de l’expéditrice. Je lui ai fermement intimé l’ordre de cesser sa relation avec mon mari.


Quelle a été la réaction de votre époux ?

«Rien, puisqu’il était au banc des accusés. Il ne pouvait rien me dire, ce qui lui a manqué pour aller voir ailleurs.»

La prochaine interlocutrice a une vision plus simple. «Espionner votre partenaire, dit-elle, est une forme d’amour, mais aussi un manque de confiance en soi et en la personne que l’on aime.» Le téléphone portable est une véritable mine d’informations. Il résume la vie entière de son détenteur. Il scelle les unions. Il descelle les relations. Pour se protéger, chacun incorpore un code.


K. G. dessine un schéma hyper compliqué pour déverrouiller son appareil. Pourquoi choisi-t-elle ce modèle ? Avec un sourire aux lèvres, elle lâche : j’aurai jamais assez de cran pour laisser mon portable sans code. Sinon dans mon sommeil, il le fouillera. K. G. est tellement prudente qu’elle a mis un code à toutes les applications susceptibles de la mettre mal à aise. «Le message, WhatSApp, Facebook, tout a un code. Je n’exagère pas. Des épouses installent plus de quatre codes. Je ne suis pas la seule, rigole-t-elle. Certaines mêmes pour décrocher un appel utilisent le code.»


LA DESCENTE AUX ENFERS-

Mme Sangaré Assan Coulibaly est un cas. Elle avoue qu’elle espionne le téléphone de son époux. Elle aussi avait été victime d’espionnage de sa part. Elle reconnaît qu’espionner son mari n’a rien de réjouissant. «N’espionner pas, conseille-t-elle, ça fait trop mal ! Ça fait souffrir.» Elle poursuit : «tu imagines beaucoup de choses. La relation entre vous est totalement pervertie».

Notre interlocutrice est une jeune dame, mère de trois gosses. Le mariage dure une décennie. Tout allait au mieux, avant qu’un coup de fil ne mette le couple à l’envers. Le volume élevé du téléphone avait permis à notre interlocutrice d’entendre la conversation de son mari. Elle a la confirmation de ses soupçons et des rumeurs. Ce qu’elle craignait. L’appel disait : jusqu’à présent tu n’es pas sorti, je t’attends. Fais vite. En gardant son sang froid, Mme Sangaré a observé son mari. Il s’est fait beau et il est sorti à la demande de sa maîtresse. Comme dit l’adage ‘’une femme qui en a après son mari ne dort point.’’ Quand le mari est revenu tard la nuit, il a déposé son portable. Il est allé prendre son bain. Entre ce temps, madame en a profité pour fouiller son téléphone. Les messages que lui et sa dulcinée s’envoyaient sont : «tu me manques ; j’ai envie de te revoir. » Le mari est du genre imprudent. Il n’efface pas immédiatement les messages amoureux qu’il reçoit.


Ces découvertes lui ont fait froid dans le dos. Elle s’est dit : «Mon mariage est fini !» L’instant a marqué la descente aux enfers pour le couple. Durant deux ans, les disputes pour des peccadilles pleuvent jusqu’à frôler le divorce, n’eut été l’intervention des sages.


Que pensez-vous de ceux qui disent que le téléphone est personnel ?

On pense que ce n’est pas correct. Sinon un téléphone peut servir toute la famille, comme c’était le cas dans le passé, déclare Anita. Elle a dû affronter son lot de soucis à cause du téléphone portable. Chaque jour, à l’heure du dîner, le portable de son mari sonnait. Certainement l’œuvre d’une fille.


Pourquoi avez-vous eu ce soupçon ?

Parce que la sonnerie le mettait mal à l’aise. Au début je ne disais rien, jusqu’à ce que j’ai perdu le contrôle. Un jour, j’ai balancé son téléphone contre le mur.» Elle raconte. «La seconde fois, je l’ai surpris en conversation coquine. Quand il m’a vue, il a voulu raccroché. Pris de panique, il a appuyé sur le haut-parleur. Du coup j’ai entendu ce que la fille lui disait. Gêné le gentleman cherchait à tout prix à se faire pardonner. Il a promis toutes sortes de cadeaux «ma voiture a été réparée, j’ai eu la mèche brésilienne et de nouvelles chaussures», assure l’épouse frustrée.


La vie de couple est loin d’être un long fleuve tranquille. Toute union est éprouvée d’une manière ou d’une autre.


Est-ce que quand on nous cache quelque chose nous devrions aussi faire semblant de ne pas la voir ?

«Oui», déclare Mata. Elle n’a jamais cherché à se mêler des affaires de son mari en dehors du foyer. Elle n’a pas été épargnée par la foudre de l’infidélité. «Je n’ai jamais fouillé son portable, ni lui demander de compte, pourtant, je savais qu’il n’était pas propre». Son époux recevait des appels louches et rentrait de plus en plus tard. Elle vit aujourd’hui ses jours sombres. Pas à cause du téléphone mais à cause de l’ordinateur portable. «Quand mon mari est rentré de voyage, j’ai voulu travailler avec son ordinateur. Mais il me l’a interdit. Je l’ai quand même pris à son insu et quand j’ai cliqué sur le dossier «photos», j’ai eu la surprise de ma vie». Des images de son conjoint en compagnie d’une femme et d’un enfant se sont étalées sur l’écran. Tout était clair : son homme a une seconde famille.


Sans commentaire, on peut facilement imaginer sa déception, sa colère, et sa haine. Elle n’était pas au bout de sa surprise. Sa découverte a suscité une vague de disputes. Le mari a saisi l’occasion pour officialiser sa relation avec sa concubine.

La vie est faite de hauts et de bas. Espionner ou ignorer, ne peut pas changer le fait. Mais, il faut reconnaître qu’un regard dans le téléphone de son conjoint, c’est comme se prendre des gifles en plein visage. Alors aux dames elles-mêmes de choisir de vivre une vie apaisée sans encombres ou s’autoriser des intrusions qui peuvent faire péricliter leur ménage.


Maïmouna SOW
autho

Maïmouna Sow

ARTICLES CONNEXES

VOIR TOUT

LES PLUS LUS

VOIR TOUT

TWITTER