single

Malgré les contraintes, l’IER a exécuté 79 projets de recherche

L’Institut d’économie rurale (IER) a tenu jeudi dernier, dans ses locaux, la 26è session ordinaire de son conseil d’administration. La rencontre était dirigée par le secrétaire général du ministère de l’Agriculture, de l’élevage et de la Pêche, Lassine Dembélé en présence du directeur général de l’IER, Dr Abdoulaye Hamadoun. à l’ouverture des travaux, les administrateurs ont adopté à l’unanimité le procès-verbal de la 26è session ordinaire. Ils ont également mis à profit la session pour présenter et adopter l’état d’exécution des recommandations de la 25è session ordinaire, le rapport d’activités 2020 et l’état d’exécution budgétaire 2021. Le budget prévisionnel 2021 de l’IER se chiffre à 9,370 milliards de Fcfa contre 7,241 milliards de Fcfa en 2020.
Dans son mot de bienvenue, le directeur général de l’Institut d’économie rurale, Dr Abdoulaye Hamadoun, a félicité les administrateurs et le personnel de son service pour tous les efforts fournis pour l’atteinte des objectifs de l’Institut en cette période caractérisée par les crises sanitaire et sécuritaire. Malgré les insuffisances en ressources, l’agression des domaines de recherche et la vétusté des infrastructures, le directeur général de l’IER a réitéré l’engagement de son personnel à redoubler d’efforts pour accompagner le département à atteindre ses objectifs pour la sécurité alimentaire et nutritionnelle.

Lassine Dembélé expliquera que la campagne agricole 2020-2021, malgré son démarrage difficile, a connu par la suite des pluies plus régulières et mieux réparties. Cette situation favorable a été perturbée par la pandémie de la Covid-19 avec ses conséquences néfastes sur le déroulement des activités de recherches. Malgré ces conditions peu favorables ajoutera Lassine Dembélé associées à la crise sécuritaire, l’Institut d’économie rurale a exécuté 79 projets de recherche, dont 20 financés par le gouvernement à travers le Fonds compétitif pour la recherche et l’innovation technologique (FCRIT). L’IER a également pu mettre à disposition 106 tonnes de semences de pré-base et de base de céréales et légumineuses et formé 8.000 acteurs du monde rural, dont 30% de femmes.

Ces conditions favorables, jointes au courage et à l’enthousiasme du personnel ont permis d’exécuter l’essentiel des activités opérationnelles programmées par l’IER, a souligné Lassine Dembélé. En dépit des progrès réalisés par l’Institut, le président du conseil d’administration a rappelé que quelques problèmes ralentissent encore l’élan de l’IER dans l’atteinte des objectifs à lui assignés. Parmi lesquels, l’agression foncière, devenue quasi permanente dans les sites de recherche de Samanko, Gnimitongo et Sotuba. Cette agression constitue un réel frein pour l’atteinte des objectifs de l’IER. à ces problèmes s’ajoutent le départ à la retraite des chercheurs seniors et la vétusté des infrastructures (bureaux, parcelles expérimentales, équipements de certains laboratoires).

Face à l’ambition de faire du Mali, une puissance agricole, Lassine Dembélé a indiqué qu’il est nécessaire de considérer la recherche agricole comme le fer de lance de cet engagement. à cet effet, il a salué l’engagement des autorités du pays à travers la création du Fonds compétitif pour l’innovation et la technologie, dont l’IER a bénéficié du financement d’une quarantaine de projets. La construction du nouveau siège de l’IER à Sotuba demeure une très grande préoccupation. Le Mali a besoin aujourd’hui d’une recherche agricole performante et compétitive et d’une structure de recherche agricole très forte qu’est l’IER, a ajouté Lassine Dembélé.

Abdoul Karim COULIBALY

autho

Abdoul Karim Coulibaly

ARTICLES CONNEXES

VOIR TOUT

LES PLUS RECENTS

VOIR TOUT

LES PLUS LUS

VOIR TOUT

TWITTER