single

Ce compte permettra à l’état de faire face à ses engagements en temps opportun

La direction nationale du trésor et de la comptabilité publique (DNTCP) renforce les capacités des techniciens de l’administration financière et du secteur bancaire sur les enjeux et la mise en œuvre du Compte unique du trésor pour une gestion performante de la trésorerie de l’état. Un atelier de formation, organisé avec le soutien du Fonds monétaire international (FMI) et du gouvernement du Japon, se tient à cet effet depuis lundi au Centre de formation pour le développement (CFD). L’ouverture des travaux a été présidée par le directeur national, Sidi Almoctar Oumar.
Cette session de formation se tient du 21 au 24 décembre, par visioconférence. Elle regroupera 70 participants (repartis entre deux groupes) issus de différents services techniques du ministère de l’économie et des Finances. Durant quatre jours (soit deux jours par groupe), ces cadres du trésor, d’autres services techniques de l’hôtel des finances et du secteur bancaire, s’approprieront les concepts et enjeux du Compte unique du trésor. Ils seront édifiés sur l’articulation entre la mise en œuvre du Compte unique du trésor, le renforcement de la gestion de la trésorerie de l’état et la gestion de la dette publique.

Tout en cernant les enjeux des systèmes de paiement modernes : Système de transfert automatisé et règlement (Star) et Système interbancaire de compensation automatisé (Sica) de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (Star-Uemoa), ils établiront un bilan d’étape de la participation du Trésor aux systèmes de paiement Star et Sica.
En la matière, la gestion performante de la caisse publique est problématique dans un contexte de rareté des ressources publiques, a introduit le directeur national du trésor et de la comptabilité publique. Pour faire face à la situation, le Mali a engagé une démarche collaborative et inclusive depuis de nombreuses années, a rappelé Sidi Almoctar Oumar. Car, «nous sommes convaincus de l’importance et de la pertinence des réformes ambitieuses enclenchées dans notre espace communautaire (Uemoa) en vue de la modernisation de la gestion des finances publiques.

La dynamique est portée par les autorités et mise en œuvre par les acteurs techniques au Mali, suite à l’adoption en 2009 par la Commission de l’Uemoa et ses états membres du Cadre harmonisé des directives Uemoa de seconde génération», a rappelé Sidi Almoctar Oumar. Afin, selon lui, de réunir une synergie des acteurs de la chaîne de la dépense publique, des services d’assiette, de recouvrement et ceux chargés de la gestion de la trésorerie. Cela, dans un contexte politico-sécuritaire et sanitaire marqué par les dépenses de santé et de sécurité sans cesse croissantes qui menacent d’évincer les appointes prioritaires de développement, notamment dans les secteurs sociaux, a-t-il interpellé.
D’où l’intérêt et la nécessité d’explorer au mieux les enjeux d’une gestion performante de la trésorerie de l’état en lien avec la mise en œuvre d’un dispositif de Compte unique du trésor, a insisté Sidi Almoctar Oumar.
Arguant que cela permettra de doter l’état de capacité à faire face à ses engagements en temps opportun, il a remercié les équipes du FMI dont la bonne collaboration avec ses services techniques a permis la tenue et l’animation du présent atelier.

A. G.

autho

Amadou Guéguéré

ARTICLES CONNEXES

VOIR TOUT

LES PLUS RECENTS

VOIR TOUT

LES PLUS LUS

VOIR TOUT

TWITTER