single

Le vice-président de la Transition, le colonel Assimi Goïta, a reçu hier à son cabinet, une délégation de l’Union nationale des travailleurs du Mali (UNTM), conduite par son secrétaire général Yacouba Katilé. Les échanges ont porté essentiellement sur la situation du pays en ce moment. La rencontre a enregistré la présence du colonel Sadio Camara, ministre de la Défense et des Anciens combattants dans le premier gouvernement de transition.

Après une grève de cinq jours allant du 17 au 21 mai dernier, l’UNTM avait décidé de poursuivre l’arrêt du travail pour la deuxième semaine consécutive, après l’échec des négociations.

Mais suite à la nouvelle situation politique créée par l’arrestation des deux dirigeants civils de la Transition, le bureau de la centrale syndicale, réunie à la Bourse du travail le mardi 25 mai dernier, a décidé de suspendre son mot d’ordre de grève allant du lundi 24 au vendredi 28 mai et illimitée à partir du 28 mai.

L’UNTM a expliqué sa décision par «l’absence d’interlocuteurs fiables devant la nécessité de la concertation, du dialogue social pour restaurer la confiance, renforcer la paix sociale, avoir une convergence et la cohésion des opinions dans le traitement des revendications et des accords conclus avec le gouvernement».

Mais aussi, par «les peines et les difficultés endurées par les travailleuses et travailleurs ainsi que l’ensemble des populations suite à la succession des jours de grève». La suspension du mot de grève a été bien accueillie par l’opinion nationale. Et le travail a repris hier au niveau de l’administration.

À l’issue de la rencontre avec le colonel Assimi Goita, Yacouba Katilé a rappelé que conformément à ses principes et compte tenu du flou que le pays traverse et en tenant compte des difficultés endurées par la population malienne de façon générale, l’UNTM a décidé de suspendre son mot d’ordre de grève. Le secrétaire général de l’UNTM a indiqué que des rencontres avec les organisations sous-régionales sont en cours pour mettre en place un gouvernement et un responsable pour coordonner les activités gouvernementales.
Les échanges ont porté essentiellement sur la situation du pays

Dès qu’une nouvelle équipe dirigeante s’installera à la tête du pays, les discussions reprendront sur les préoccupations des travailleurs, a assuré Yacouba Katilé pour qui ce que demande l’UNTM concerne l’ensemble du peuple malien.

Le patron de la centrale syndicale a révélé qu’au cours des échanges, le vice-président a remercié l’UNTM pour son esprit patriotique et son engagement pour le pays. Yacouba Katilé a ajouté que le colonel Assimi Goita a pris l’engagement que dès que le gouvernement sera mis en place, les contacts seront vite engagés afin de sortir le pays de cette situation difficile.

Le leader syndicaliste espère que les discussions qui vont s’ouvrir avec le nouveau gouvernement seront franches, responsables et concrètes. Et si tel n’est pas le cas, a-t-il prévenu, l’UNTM n’hésitera à reprendre le chemin de la grève pour faire aboutir ses revendications. «Nous sommes là, nous avons à tout moment la possibilité de revenir à nos revendications», a-t-il averti, tout en souhaitant voir la fin des difficultés que vit le pays depuis un certain temps.

«Si nous avions été écoutés il y a des années, nous pensons que nous n’en serions pas là aujourd’hui. Mais lorsqu’on pense qu’on peut se servir de nous pour arriver au dernier escalier, on risque de faire un faux pas car l’UNTM ne sera plus dans cette posture», a-t-il souligné. La centrale syndicale a déjà montré suffisamment ses capacités de mobilisation pour que les dirigeants la prenne au sérieux.



Dieudonné DIAMA

autho

Dieudonné Diama

ARTICLES CONNEXES

VOIR TOUT

TWITTER