single

Le groupe musical touareg Tinariwen a participé au festival

La 2è édition du Festival Ag’na s’est déroulée du 25 au 28 février dans la Cité du Méguetan (Koulikoro) sur une petite île du fleuve Niger. Installés sur le sable, les festivaliers avaient le choix de regagner le site par la marche ou de se faire transporter par une pirogue.

C’était une belle aventure humaine qui a permis aux nostalgiques du désert de retrouver le charme du sable à la sortie de la ville historique de Soumangourou Kanté et dans un dispositif sécuritaire bien renforcé.

La cérémonie d’ouverture a été marquée par la présidence du ministre de la Réconciliation nationale, le colonel-major Ismaël Wagué, du directeur du Festival Ados Ciné, Fousseyni Diakité, de son collègue du Festival au désert, Manny Ansar. Y étaient aussi les autorités politiques, administratives et traditionnelles de la localité. Après une première édition réussie, Ciné Ados et le Festival au désert ont fusionné pour donner une impulsion au Festival Ag’na qui a pu mobiliser des milliers de festivaliers sur les berges du Djoliba.

Le ministre de la Réconciliation nationale a exprimé l’engagement des hautes autorités à œuvrer à la réconciliation des cœurs et des esprits de nos compatriotes. Ismaël Wagué a expliqué que la fusion des deux festivals est un acte de réconciliation entre les fils du pays. Cela atteste d’une avancée dans le processus de réconciliation. Pour la coordinatrice du Festival, Mme Zeinabou Sidibé, c’est un pont entre 2 festivals (Ados Ciné et Festival au désert) donner qui ont décidé de s’unir pour donner corps au Festival Ag’na. Celui-ci veut dire culture en tamasheq.

Cette année, plusieurs activités étaient programmées à savoir : l’organisation d’un master classe pour les jeunes vidéastes et les producteurs, des ateliers de productions, des conférences et une programmation musicale très variée. Parmi les artistes invités on peut citer le groupe Songhoy Blues, les Tinariwen, Abdoulaye Diabaté et son groupe, Habib Koité, Safi Diabaté et Dr KB, entre autres. La particularité est que tous les artistes ont chanté pour la paix et la réconciliation des cœurs.

La remise des prix aux lauréats du concours de films, où le court-métrage de Moise Togo, intitulé : «Gakoulou» a remporté le premier prix d’une valeur d’un million de Fcfa et la conférence de l’ancien ministre Zahabi Ould Sidi Mohamed sur la paix et la réconciliation.

Malgré le contexte marqué par la Covid-19, le public a répondu à l’appel des organisateurs qui n’ont pas lésiné sur les moyens pour mettre en place un rassurant dispositif sécuritaire à l’entrée du site. Ils veillaient aussi au respect des mesures barrières contre la pandémie du coronavirus. Vivement l’édition de l’année prochaine.

A. S.

autho

Amadou Sow

ARTICLES CONNEXES

VOIR TOUT

LES PLUS RECENTS

VOIR TOUT

LES PLUS LUS

VOIR TOUT

TWITTER