single

Après avoir longtemps régné certains endroits de la capitale, ils n’ont pas hésité à se transporter à Sikasso pour y commettre des forfaits. C’était l’opération de trop.

Le commissariat de police du 10è arrondissement a mis le grappin sur six dangereux bandits appartenant tous à un gang composé de plusieurs autres.

HK, CG, AD, OM et MK ont été mis aux arrêts, tandis que leurs complices sont parvenus à s’échapper. Du moins pour le moment, car nos amis de la police nous ont rassurés que les fugitifs seront recherchés et interpellés pour qu’ils répondent de leurs forfaits devant la justice. Ces interpellations sont à mettre au compte de la commissaire divisionnaire Fanta Koné en charge du commissariat de police du 10ème arrondissement du District de Bamako.

Selon nos sources, ces malfrats qui viennent d’être mis hors d’état de nuire ont longtemps troublé la quiétude des populations de certains quartiers du District de Bamako et de Sikasso, ville dans laquelle où ils n’ont pas hésité à se transporter pour le même but. C’est dans la Cité du Kénédougou qu’ils se sont attaqués à un paisible citoyen pour le déposséder de son argent et de sa voiture. L’action s’est déroulée dans la nuit du 9 avril dernier aux environs de 20 heures. Ce jour-là, les malfrats avaient certainement pris le maximum de renseignements sur le citoyen X. Ainsi, ils l’ont surpris en plein marché de Médine à Sikasso. Par la suite, le malheureux a été dépossédé d’une somme de plus de dix millions de Fcfa ainsi que son véhicule de marque « Toyota Venza ». Une fois leur forfait accompli, les malfrats se sont dispersés dans la nature et chacun a pris la direction qui lui convenait. Dans les heures qui ont suivi comme il fallait s’y attendre, la nouvelle de l’attaque du citoyen X s’est répandue dans la ville comme une traînée de poudre, et chacun y allait de son commentaire. Les bandits avaient disparu dans la nature sans laisser de traces.


Une semaine après cette opération, un anonyme a pris contact avec les policiers du commissariat du 10è arrondissement. L’informateur a brièvement brossé les faits qui se sont produits en plein marché de Médine à Sikasso. Il va plus loin en ajoutant que HK, l’un des auteurs présumés de cette opération se trouvait à la périphérie de Bamako, plus précisément à Sénou- Hérémakono. Très rapidement, la hiérarchie a dépêché des éléments de la brigade de recherches sur le lieu indiqué avec pour mandat de mettre tout en œuvre pour interpeller le suspect. Quelques heures plus tard, il en fut ainsi sans grande difficulté. Les limiers avaient pu localisé l‘endroit précis où le malfrat s’était refugié dans ce quartier périphérique.
éparpillés à travers la ville

C’est ainsi que HK a été conduit dans les locaux du commissariat de police pour être auditionné. Face aux limiers, toujours sous l’effet de surprise de son interpellation, il n’a pas jugé nécessaire de se disculper. Non seulement il a reconnu les faits, mais il a décidé de collaborer en citant les noms de ses complices et en fournissant aux policiers de précieuses informations sur ces derniers. D’après le suspect, quasiment tous ses complices se trouvaient éparpillés à travers plusieurs quartiers de la cité des trois Caïmans. Notamment dans les quartiers comme Sangarébougou, Banconi, Bakaribougou et Sikoroni.

à la suite des investigations policières, les autres suspects de l’opération de Sikasso ont été localisés, coincés, interpellés et conduits au commissariat où ils ont rejoint HK qui les avait « filés » aux policiers.
à tour de rôle, ils ont été auditionnés durant des heures. Tout comme HK, ses complices également n’ont pas jugé nécessaire de nier les faits pour lesquels ils étaient suspectés. Faits qui se sont déroulés au marché de Médine à Sikasso. Passés par des questions, les malfrats ont avoué qu’ils ont soutiré à leur victime durant leur opération, une somme de 10,5 millions de Fcfa. Et qu’ils ont ensuite emporté son véhicule, une Toyota de couleur noire dont la plaque minéralogique porte la mention « BM-1171-M3 ».
Dans la même veine, les voleurs ont détaillé la façon dont ils se sont partagés le butin et l’endroit précis où ils se sont débarrassés de leur butin roulant au niveau du virage de Sélingué.

Suivant la logique des enquêtes les éléments de la brigade de recherches ont perquisitionné le domicile de celui qui était suspecté être le chef de la bande au quartier Bakaribougou, en Commune II du District de Bamako. Sur place, ils ont mis la main sur un pistolet automatique « Norinco », et son chargeur garni de 15 cartouches. à ce fusil, s’ajoutent un couteau, des produits psychoactifs et des talismans. Parallèlement, les limiers recherchaient également la victime. Retrouvée saine et sauve, celle-ci a effectué le déplacement Sikasso-Bamako pour mieux éclairer la lanterne de la police sur le déroulé des faits.

C’est ainsi que la victime X leur a détaillé avec précision l’action du vol. Selon elle, les voleurs l’ont trouvé dans son bureau au marché de Médine alors qu’il s’y trouvait en compagnie d’un de ses neveux. Pour faciliter leur opération, les bandits les ont ligoté les mains et scotché la bouche. Puis, ils ont emporté environ 11 millions de Fcfa et quatre téléphones portables.
Avant de quitter les lieux, ils ont fermé la porte du bureau à clef alors que X et son neveu s’y trouvaient, pour s’emparer de la voiture garée dehors et disparaître dans la nature.
Les preuves étaient suffisantes contre les malfrats qui ont été déférés devant le parquet de la Commune VI du District de Bamako et placés sous mandat de dépôt.

Yaya DIAKITÉ


..Quatre autres au cachot

Quelques jours après, ce sont quatre autres braqueurs qui ont été mis aux arrêts par les hommes du commissaire divisionnaire Mamoudou Diabaté, du commissariat de police du 11ème arrondissement du District de Bamako. Il s'agit des nommés DM alias « Derby », OD dit « Champi », BC dit « Bad » et MD alias «Tonton ». Quasiment, ce quatuor s’était spécialisé dans le braquage à main armée des motocyclistes à certains endroits de Bamako.

à la suite de vérifications leur concernant, la police a découvert que ces individus étaient impliqués dans de nombreux cas d’attaque à main armée à travers la capitale. Leur lieu de prédilection pour commettre ces forfaits ? Les alentours immédiats du nouvel échangeur en chantier à Missabougou en Commune VI du District de Bamako. Ils auraient fait de nombreuses victimes à cet endroit durant plusieurs mois jusqu’au 26 avril dernier.

C’était un lundi aux environs de minuit. Un anonyme a filé des informations aux policiers concernant la présence d’un individu suspects dans les environs du quartier Yirimadio dans la Commune sus citée. Immédiatement, une équipe de la brigade de recherches dudit commissariat dirigée par le capitaine de police Issa Y Coulibaly s’est transportée au lieu indiqué.

A leur arrivée, les policiers ont effectivement fait le constat. Au lieu d’un, les limiers ont trouvé trois individus aux apparences louches en possession de deux motos Djakarta à provenance douteuse. Trois des quatres ont été identifiés comme les nommés « Derby » « Champi » et « Bad ». Dans le feu de l’action, ils ont été conduits au commissariat de police. Coincés sur place, ils ont avoué avoir volé des motos sans plus de précision. De questions à réponses, ils ont dénoncé le quatrième du groupe, à savoir MD allias « Tonton ». Quelques instants après ce dernier a été à son tour interpellé alors qu’il avait une moto en sa possession. Il a aussitôt rejoint ses compagnons au commissariat de police.

à la suite de la perquisition effectuée dans l’antre du nommé DM dit « Derby », présumé chef du groupe, les policiers ont mis la main sur un pistolet automatique (PA) de fabrication artisanale améliorée. Interrogé sur la provenance de l’arme, il a fait porter le chapeau à un de ses complices comme étant le vrai propriétaire qui la lui aurait remise dans le seul dessein de braquer les usagers.

Par la suite, il a été clairement établi que les éléments de ce gang se livraient également à la vente d'armes à feu à plusieurs autres bandes qui sévissent dans le même secteur à Missabougou/Yirimadio en Commune VI du District de Bamako. Après la procédure requise en l’espèce, ils ont été déférés devant le tribunal de grande instance de la Commune V du District de Bamako et placés sous mandat de dépôt.


YD

autho

Yaya Diakité

ARTICLES CONNEXES

VOIR TOUT

TWITTER