single

Ces ouvrages vont faciliter la mobilité dans la commune

Les ressortissants de Gouba Dabo, dans la Commune rurale de Béma (Ouest), ont inauguré, dimanche, deux ponts sur l’affluent de la rivière, dénommée «Hassèye». Ces ouvrages ont coûté plus de 100 millions de Fcfa.

Ces ponts, qui ont pour but de faciliter l’accessibilité entre leur village et d’autres localités, surtout en période hivernale, mesurent 12 mètres de long, 5 mètres de large et 4 mètres de hauteur, pour le premier ; 5 mètres de longueur, 8 mètres de largeur et 2 mètres de hauteur, pour le second. Solidement bâtis, ils ont été réalisés en trois mois, soit de janvier à mars 2021.

Le jour de l’inauguration, hommes, femmes, jeunes et vieux, se sont tous transportés sur le lieu de l’évènement, situé à 1 km, en allant vers Béma. Certains ont effectué le trajet en motos-taxis, d’autres ont emprunté des véhicules, des charrettes, d’autres, encore comptaient sur l’agilité de leurs jambes.

Le porte-parole des chefs de village, Habou Tounkara, griot de son état, comme le veut la tradition dans ce milieu, a salué les ressortissants et l’ensemble des populations de Gouba Dabo, et de la Commune rurale de Béma, pour la réalisation de ces infrastructures, sans lesquelles, la localité est coupée du reste du monde pendant l’hivernage surtout. Pendant cette période, la route devient impraticable pour les usagers et les commerçants ne peuvent pas à se rendre aux différentes foires hebdomadaires.

Habou Tounkara a, au nom des chefs de village, prôné la paix et l’entente, pour permettre un développement durable de leurs localités et a formulé des vœux pour une bonne campagne agricole.

Le représentant des ressortissants de la Commune rurale de Béma, Diarra Diawara, a remercié tous ceux qui ont contribué à la construction de ces infrastructures routières qui sont d’une grande utilité. Il a particulièrement remercié Abdoulaye Fofana et Issouf Camara, et plusieurs autres natifs de Gouba Dabo.

C’est grâce à leur initiative que la construction de ces ponts a été possible. Il a réitéré sa disponibilité à apporter le meilleur pour toute action visant le bien-être des populations. Il a remercié les ressortissants pour leur confiance, à travers le suivi et le contrôle des travaux des ouvrages.

Le maire de la Commune rurale de Béma, Madikandia Diawara, a invité les ressortissants à l’union pour braver tous les obstacles au développement de leur Commune. Dans ses propos, il s’est appesanti sur l’entente et la cohésion sociale, «seule alternative pour relever les immenses défis». Il a cité en exemple quelques grandes réalisations des ressortissants parmi lesquelles des mosquées, écoles, centres de santé, forages, périmètres maraîchers... «Des gestes magnanimes, a dit l’édile, qui concourent efficacement au développement de leur Commune».

Le sous-préfet de Béma, Mamadou Sissoko, s’est dit plus que comblé par cette action des ressortissants, qu’il a qualifiée de «hautement patriotique», et qui permettront de fluidifier davantage la circulation surtout en hivernage. Il a expliqué la politique de l’état en matière d’infrastructures routières qui consiste à désenclaver progressivement le pays, mais, a-t-il insisté, «le Mali est vaste, l’état à lui seul, ne peut tout faire».

Le sous-préfet a invité les bénéficiaires à prendre soin des réalisations. Compte tenu des impacts positifs que ces ponts auront sur l’économie des familles, il a souhaité que ce genre d’actions se multiplie pour le bonheur de tous. Mamadou Sissoko, a coupé symboliquement le ruban, autorisant ainsi la circulation sur les ponts fraîchement bâtis.

C’est une danse folklorique, propre au terroir, qui a mis fin à cette cérémonie riche en couleurs.

Ouka BA
Amap-Diéma

autho

L'ESSOR

ARTICLES CONNEXES

VOIR TOUT

TWITTER