single

Une personne de bonne volonté s’est engagée à évacuer les ordures de ce dépôt devenues très encombrantes pour les populations riveraines. Mais si rien n’est fait, l’endroit risque d’être débordé de nouveau par les déchets

«Tout le monde doit s’investir pour un environnement sain et assaini». Ce cri du cœur de la ministre de l’Environnement, de l’Assainissement et du Développement durable, Mme Bernadette Keïta, lancé en début de ce mois lors de sa visite à Sikasso, a été visiblement entendu. Une personne de bonne volonté qui a requis l’anonymat, a décidé d’évacuer les 216.000 m3 d’ordres entassés au niveau du dépôt de transit de Lafiabougou, en Commune IV du District de Bamako.
Le premier coup de pelle de cette opération a été donné samedi dernier par la ministre en charge de l’Environnement, de l’Assainissement et du Développement durable. C’était en présence du 2è adjoint au maire de la Commune IV, Alkassoum Maïga et des membres du comité de veille.

Intervenant pour la circonstance, Mme Bernadette Keïta a indiqué que les ordures remettent en cause la santé de la population. «Cette personne de bonne volonté qui a souhaité garder l’anonymat a répondu à mon appel en décidant de ramasser ces ordures pour soulager les populations des communes concernées et leurs autres usagers, afin qu’elles vivent dans de meilleures conditions», a salué la cheffe du département en charge de l’Environnement, de l’Assainissement et du Développement durable. En effet, le philanthrope a envoyé des bennes pour évacuer les ordures jusqu’à la ferme de Nantoumé dans la commune de Sanankoroba. Pour le bon déroulement des travaux, le suivi sera assuré par la jeunesse des communes concernées. Toutefois, il importe de trouver des solutions adaptées et pérennes pour assurer l’évacuation correcte des dépôts de transit. «Ramasser c’est bien, mais chaque fois on ramasse, chaque fois ça revient. Maintenant la meilleure alternative est la transformation de ces déchets», a suggéré la ministre en charge de l’Environnement. Pour Mme Bernadette Keïta, cette option permettra une évacuation régulière des dépôts de transit.

«Dans le temps, l’Etat avait évacué ce dépôt appelé Kilimandjaro jusqu’au dernier sachet plastique. Les enfants jouaient sur ce terrain. Les ordures sont revenues envahir les lieux », a fait savoir Oumar Camara. Pour y faire face, le chargé de l’assainissement au niveau de la Commune a estimé que les autorités devraient s’investir afin d’assurer son évacuation régulière. Surtout que près de 500 charrettes arrivent sur le site chaque jour, soit environ 500 m3 d’ordures déposées par jour, a-t-il dit. à cet égard, les ordures ne doivent pas durer plus de 72 heures avant d’être acheminées au niveau des décharges finales. «Mais nous constatons que par manque de moyens, c’est devenu un dépôt permanent, parce que l’évacuation n’est pas assurée régulièrement», a déploré Oumar Camara. Conséquence : des familles voisines ont abandonné leurs concessions à cause des préjudices causés à elles par ce dépôt de transit, a-t-il signalé.

Babba B. COULIBALY

autho

Babba B. Coulibaly

ARTICLES CONNEXES

VOIR TOUT

LES PLUS RECENTS

VOIR TOUT

LES PLUS LUS

VOIR TOUT

TWITTER