single

Le 9è contrat plan définit les obligations des parties dans le cadre d’un programme consensuel

Les membres du Comité de suivi du 9è contrat plan État/Office Riz Ségou/Producteurs ont tenu, hier, dans la salle de conférence de l’Office une séance d’évaluation de la 3è année de mise en œuvre de ce contrat. Les travaux étaient présidés par le président du Comité de suivi, Boureïma Guindo, en présence du directeur général de l’ORS, Salif Sangaré.
Cette rencontre de deux jours avait pour but de jeter un regard critique sur les actions menées lors de la troisième année de mise en œuvre du contrat, d’examiner le rapport de synthèse générale des trois années d’exécution et le projet du nouveau contrat plan qui couvre la période 2021-2023. Il s’agissait aussi de dégager des pistes d’actions pour l’amélioration de ces documents.

Le 9è contrat plan définit les engagements de l’État, de l’ORS et des producteurs dans le cadre d’un programme consensuel de développement triennal intégré relatif à l’augmentation de la production et de la productivité agricole mais aussi des revenus des producteurs par les travaux d’aménagements des terres et d’entretien des infrastructures hydrauliques.
Le désenclavement des zones de production, le développement des infrastructures communautaires, le renforcement des capacités techniques et organisationnelles des producteurs et de l’encadrement dans un contexte de professionnalisation des acteurs sont des actions inscrites dans le contrat plan.

La 3è année de mise en œuvre du 9è contrat plan, qui correspond à la campagne agricole 2020, a démarré dans des conditions socio-économiques favorables suite aux bons résultats de production de la campagne précédente, mais dans un contexte sécuritaire inquiétant. Selon le président du Comité de suivi du 9è contrat plan État/Office Riz Ségou/Producteurs, la campagne a été marquée par une situation alimentaire satisfaisante des populations et un approvisionnement régulier du marché en céréales.
Au plan agricole, les initiatives prises auprès des partenaires ont permis de mettre en place des semences de riz et de céréales sèches, à savoir 150 tonnes de semences de riz par le Commissariat à la sécurité alimentaire, 11 tonnes de riz, 750 kg de maïs, 1050 kg de mil et 1000 Kg de sorgho par l’Uemoa et 54 tonnes de riz sur le Fonds de soutien aux sinistrés de l’Office Riz Ségou.

Dans le cadre de l’appui au secteur agricole, les producteurs ont bénéficié des avantages de la subvention de l’engrais par l’État. Ainsi, avec l’aide précieuse de la faîtière NYENTA, l’ORS a mis à la disposition des exploitants 1.635 tonnes d’engrais. Cependant, cette quantité n’a pas suffi pour satisfaire les besoins des producteurs.
Les ressources mobilisées au titre de la subvention de l’État pour la réalisation des objectifs fixés de la deuxième année du 9è contrat plan 2018-2020, notamment les dépenses de matériels, d’équipements, des salaires des fonctionnaires et d’entretien du réseau hydraulique se chiffrent à un peu plus de 584 millions de Fcfa sur une prévision de plus 603 millions, soit un taux de réalisation de plus 96%. La production, toutes céréales confondues, est de 176.201 tonnes sur une prévision de 192.209 tonnes, soit 91,67 % contre 170 332,52 tonnes sur une prévision de 169.768 tonnes en 2020.

Boureïma Guindo a espéré qu’à l’issue des deux jours, des recommandations fortes seront prises et permettront à l’ORS de s’améliorer davantage et d’être encore plus performant pour l’atteinte de ses objectifs.
Salif Sangaré a énuméré quelques réalisations faites dans le cadre de la mise en œuvre du contrat plan. Il s’agit de l’aménagement de périmètres en maîtrise totale de l’eau, l’entretien des digues, le curage des caniveaux, de l’appui technique et matériel des producteurs et leur accès au marché.

Yama TRAORÉ
Amap-Ségou

autho

L'ESSOR

ARTICLES CONNEXES

VOIR TOUT

LES PLUS RECENTS

VOIR TOUT

LES PLUS LUS

VOIR TOUT

TWITTER