single

Ousmane Ouattara a été primé «meilleur gestionnaire de l’année»

Le maire de la Commune rurale de Fourou, Ousmane Ouattara, a été primé «meilleur gestionnaire de l’année des impôts et taxes communaux». Le prix lui a été décerné par l’Union des radios pour l’orpaillage et mine au Mali (Urom)» pour sa gestion transparente des revenus issus de l’industrie extractive. La cérémonie organisée à cet effet a eu lieu lundi dernier dans la salle des spectacles de Fourou, sous la présidence du ministre des Mines, de l’énergie et de l’Eau, Lamine Seydou Traoré. C’était en présence du directeur national de la géologie et des mines, Cheick Fantamadi Keïta et du directeur général de la Société des mines de Syama, Mohamed Cissé.
La Commune de Fourou, située dans le Cercle de Kodiolo (Région de Sikasso) abrite 11 sites d’or en plus de la mine d’or de Syama. Exploitée par la Somisy, celle-ci est astreinte par la loi au paiement annuel des patentes à l’état. Qui, à son tour, les reversent aux communautés locales. La clé de répartition est fixée Comme suit : 60% à la Commune, 25% au Cercle et 15% à la Région.

Une bonne gestion de ces ressources devrait permettre d’amorcer le développement d’une collectivité comme Fourou. Pour ce faire, l’Urom s’est assignée comme mission le suivi de la bonne utilisation des revenus alloués aux collectivités par les sociétés minières. D’où l’idée de cette récompense baptisée «Prix du meilleur gestionnaire de l’année des impôts et taxes communaux» par le ministre des Mines, de l’énergie et de l’Eau. Le présent prix est constitué d’une attestation, d’un Ciwara et d’une médaille.
Le choix du maire de Fourou se justifie par sa contribution au développement local, a expliqué le coordinateur de l’Urom. En termes d’œuvres, Ousmane Ouattara a réalisé, entre 2015 et 2020, des ponts et barrages, des ouvrages dans le domaine de l’agriculture et de l’élevage, a argumenté Alassane Diakité. à ces acquis s’ajoutent la réalisation de caniveaux, de châteaux d’eau, de centres de santés communautaires (CSCom), du bâtiment abritant la mairie, l’achat d’une ambulance pour le CSCom de Fourou ainsi que des centres commerciaux à Fourou, a-t-il cité.

Après avoir reçu la distinction, le maire de Fourou a révélé la provenance des fonds qui lui ont permis de faire ces réalisations. «En plus de la patente, l’orpaillage permet aux gens de payer les taxes. Avec cette activité, j’ai 12 millions de Fcfa en vignette», a expliqué Ousmane Ouattara, ajoutant que l’état verse à la Commune entre 300 et 500 millions de Fcfa en guise de patente sur les revenus de la mine de Syama, somme qu’il investit dans le développement communautaire.
«La gestion transparente des revenus issus de l’activité minière est un vœu ardent du président et du Premier ministre de la Transition, afin que l’or brille pour tous les Maliens», a salué le ministre Lamine Seydou Traoré. Pour lui, la répartition juste des revenus issus des industries extractives est un état d’esprit, une nouvelle culture que le gouvernement de Transition a décidé de placer au cœur de sa politique minière. L’objectif étant, selon lui, de faire en sorte que l’or brille davantage pour tous : collectivités territoriales, populations, fournisseurs, prestataires, sociétés minières et orpailleurs.

Envoyé spécial
Babba B. COULIBALY

autho

Babba B. Coulibaly

ARTICLES CONNEXES

VOIR TOUT

LES PLUS RECENTS

VOIR TOUT

LES PLUS LUS

VOIR TOUT

TWITTER