single

Deux agents de l’ONG Première Urgence et leur chauffeur en mission dans les Communes de Diallassagou et Koulogon ont été enlevés par des individus armés dans la journée du samedi 3 juillet aux environs de 11 heures.

L’information a été confirmée par un élu de Diallassagou qui a précisé que les agents de l’ONG Première Urgence étaient attendus au Centre de santé communautaire de Diallassagou. Selon notre interlocuteur, les négociations sont en cours pour leur libération.

L’ONG Première Urgence intervient dans le domaine de la santé dans le Cercle de Bankass et dans d’autres localités de la Région de Mopti.

Abdoul Kader GUINDO
Amap-Bankass

Niono : trois civils tués dans une série d’attaques

Depuis l’accord intervenu sous l’égide du Haut conseil islamique en mars dernier dans le Cercle de Niono, les populations vaquaient à leurs occupations et les paysans nourrissaient l’espoir de mener paisiblement les travaux champêtres pendant cet hivernage. Mais voilà que cet espoir s’amenuise depuis quelques jours avec une série d’attaques.

Selon nos sources, le vendredi dernier, les bandits armés non identifiés auraient déclaré qu’ils ne se reconnaissaient plus dans l’accord de mars dernier. C’est ce même jour entre Kourouma Koube et KO7 dans la Commune de Dogofri qu’une attaque des bandits armés a fait deux victimes civiles.

Le lendemain samedi à Sougho dans la même commune, une autre attaque a fait un blessé. Ce même jour, une autre personne a été tuée à Tiémaba dans la Commune urbaine de Niono.

Des chasseurs traditionnels Dozos de Dogofri, mécontents de ces tueries, ont retenu des forains d’ovins en route pour la foire de Niono. Plusieurs d’entre eux ont été libérés après des interventions auprès du chef des Dozos.

Mahamadou SAMAKÉ
Amap-Niono

Ténenkou : situation tendue à Diafarabé

Le maire de la Commune rurale de Diafarabé a porté plainte contre certains de ses administrés pour opposition à l’autorité légitime et trouble à l’ordre public. Il s’agit de deux membres du comité de la jeunesse et d’un membre du comité de gestion du château d’eau.

Les tentatives de médiation ayant échoué, les personnes mises en cause sont actuellement au niveau de la gendarmerie à Ténenkou. Plusieurs jeunes de Diafarabéy ont fait le déplacement pour soutenir leurs camarades incriminés. La situation est très tendue à Diafarabé, une commune déjà fragilisée par l’insécurité.

Les jeunes sont vraiment déterminés pour que le maire retire sa plainte. Le problème est que le juge n’est pas sur place pour accélérer la procédure.

Alaye SARÉ
Amap-Ténenkou

autho

L'ESSOR

ARTICLES CONNEXES

VOIR TOUT

TWITTER