single

Les semences de qualité font partie des facteurs de réussite de la campagne agricole


C’est parti pour la 9è édition de la bourse des semences à Sikasso, un évènement important pour les producteurs agricoles au Mali en quête d’une bonne production. Le ministre du Développement rural, Modibo Keita a procédé à son lancement officiel à Sikasso, mardi dernier, en présence de plusieurs responsables régionaux et des associations agricoles.

L’organisation de cette bourse vise à sensibiliser les producteurs agricoles et l’ensemble des acteurs du monde rural sur l’importance des semences de bonne qualité pour une meilleure production agricole. C’est aussi l’occasion de montrer qu’avec des semences de qualité, notre pays avance vers l’atteinte de la sécurité alimentaire, nutritionnelle et la souveraineté alimentaire. Le thème retenu pour cette année est : «Des semences de bonne qualité pour plus de productivité et de revenus».

Le ministre Keïta a exprimé son enthousiasme lors de la cérémonie d’ouverture de cette 9è édition. «L’économie du Mali repose sur le secteur agricole qui a contribué à hauteur de 38,43 % au PIB en 2019. L’agriculture joue un rôle primordial dans le développement socio-économique et environnemental de notre pays. D’importants moyens financiers sont consacrés au financement des activités de ce secteur pour faire du Mali une puissance agricole capable de nourrir les populations», a-t-il déclaré, dans son discours d’ouverture. Avant d’ajouter que la bourse de semences «contribue à la recherche de solutions aux grands défis qui se posent au secteur agricole».

Pour leprésident de l’Association semencière du Mali (Assema) la bourse des semences est un espace annuel visant à élargir le réseau de l’association. Avec le temps, l’Assema a acquis beaucoup d’expériences sur les semences, indiquera-t-il, ajoutant que «les actions sont en cours au sein de l’Assema pour pérenniser la bourse des semences». Il soulignera que la création d’un fonds semencier permettra de soutenir les producteurs victimes de calamités. Il a également évoqué les difficultés auxquelles l’Assema est confrontée, à savoir l’application de 18% de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA). Selon lui, l’état doit subventionner les semences de petite gamme. Il a remercié le département, les services techniques rattachés, l’ensemble des membres de l’Assema et les partenaires techniques et financiers sans lesquels cette bourse des semences ne saurait se tenir.

Quant au président de l’Assemblée permanente des chambres d’agriculture du Mali (Apcam), s’exprimant au nom des producteurs, il a laissé entendre que ceux-ci ont bénéficié des semences de qualité, qui ont permis d’avoir une bonne production. Sanoussi Babouya Sylla a invité les semenciers à jeter un regard sur la production fourragère.

En marge de la cérémonie de lancement des activités de cette 9è édition de la bourse des semences, le ministre du Développement rural a rendu une visite de courtoisie aux notabilités de la ville de Sikasso.

Source CCOM MDR

autho

L'ESSOR

ARTICLES CONNEXES

VOIR TOUT

TWITTER