single

L’Agence malienne de presse et de publicité (Amap), bien qu’éprouvée par la crise sanitaire et le retrait (sans mesure d’accompagnement) de la gestion de la Régie publicitaire des médias publics, maintient sa performance au quotidien. Pour 2021, la stratégie de relance est axée «sur la diversification des produits et la mise en œuvre d'une nouvelle politique commerciale».

Ces projets ont été présentés par la direction générale lors de la 39è session du Conseil d'administration, tenue jeudi dans un hôtel de la place. Présidée par le ministre de la Communication et de l’Economie numérique, Dr Hamadoun Touré, la rencontre des administrateurs a également examiné les projets de programme annuel d'activités et de budget 2021. Ils ont aussi adopté la proposition de modification de l'organigramme pour intégrer les postes de conseillers du directeur et la mise en place de la cellule informatique.




Dans le cadre de la diversification des produits, l'Amap lancera, en 2021, le magazine L'Essor des régions et le supplément dédié au genre. Aussi proposera-t-elle aux autres médias un service payant de photos et de vidéos. «Ce nouveau service répond aux exigences de la culture de l'image qui s'impose aujourd'hui à la faveur de la révolution numérique», a soutenu le président du Conseil d’administration. Dr Hamadoun Touré a, à cet effet, exhorté « la direction générale à procéder à la mise en œuvre de ces projets et parallèlement, à poursuivre la transformation numérique de ses organes », tout en prévenant que « la révolution digitale dans l'espace médiatique impose aux médias traditionnels de se mettre au diapason de la culture de l'information instantanée ».

Ces innovations doivent tenir compte des grands enjeux de la Transition afin de l’aider à réussir ses missions. A cet égard, il a invité « l'Amap à faire une grande place aux thèmes comme les élections générales, les réformes institutionnelles, l'opérationnalisation des nouvelles régions, la promotion de la paix et de la réconciliation à travers la mise en œuvre de l’Accord issu du processus d'Alger entre autres ».

Pour y arriver, d’importantes ressources financières seront mobilisées. Le budget prévu à cet effet au titre de 2021, est équilibré en recettes et en dépenses à la somme 3,3 milliards de Fcfa. Il est en hausse de 9,33% par rapport à celui de 2020 qui se chiffre 3,1 milliards de Fcfa. Cette augmentation intègre les vastes chantiers comme l’acquisition de nouveaux équipements, la rénovation et la construction de bâtiments ainsi que la numérisation des supports de publication entamés depuis quelques années.

Outils et infrastructures pour l’acquisition desquels
l’Amap pourra compter sur le soutien du président de son Conseil d’administration. « Je m'engage personnellement à l'accompagner dans cette dynamique. A cet égard, au titre de l'exercice budgétaire 2021, en plus de la subvention classique de l'État qui prend en charge les intrants d'imprimerie, l'eau et l'électricité, le Budget spécial d'investissement (BSI) de l'Amap a été crédité de la somme de 800 millions de Fcfa, destinée à la construction d'un bâtiment R + 3 à Bamako et du bureau régional de l'Amap à Sikasso », a annoncé le ministre Touré.

Qui a profité de l’occasion pour engager l’Agence à consolider les acquis, notamment en matière de digitalisation. «J'ai remarqué que l'Amap a déjà développé des sites inter net, des pages sur les réseaux sociaux et une application qui diffuse des textes et des vidéos en français, bamanankan, fulfuldé et soninké. Ces supports numériques doivent être développés davantage pour offrir des contenus médiatiques fiables, accessibles et plus attractifs », a-t-il conclu.

Cheick M. TRAORE

autho

Cheick Moctar Traoré

ARTICLES CONNEXES

VOIR TOUT

LES PLUS RECENTS

VOIR TOUT

TWITTER