single

Une vue des participants lors de l’ouverture des travaux

Le 7è congrès ordinaire du Congrès national d’initiative démocratique(Cnid-Faso Yiriwa Ton) s’est tenu, samedi dernier à l’ex-Cres de Badalagoubou, sous la présidence du président du parti, Me Mountaga Tall. C’était en présence des cadres de la formation politique et des délégués venus de divers horizons.
Le thème choisi par les responsables du parti du «Soleil levant» collait bien au contexte sociopolitique du pays : « Transition et un Mali autre : un parti fort dans un Mali refondé». Pour cette édition, les participants n’étaient qu’au nombre d’une cinquantaine en raison de la Covid-19 qui fait des ravages dans notre pays et dans le reste du monde.
Dans son discours d’ouverture, le président du Cnid a d’abord annoncé le congrès extraordinaire de sa formation, prévu en fin mai prochain, coïncidant avec le 30è anniversaire du parti. Au cours de ces assises, les instances de la formation politique devront être renouvelées. à ce propos, Me Mountaga Tall a décidé de ne pas prolonger son mandat à la tête du Cnid afin de l’ouvrir à des «idées neuves» pour le rendre encore plus fort.

Le leader politique s’est largement prononcé sur la situation sociopolitique de notre pays récemment marquée par une contestation de la gouvernance de l’ancien président de la République dont le départ a été demandé et obtenu par le Mouvement du 5 juin-Rassemblement des forces patriotiques (M5-RFP). D’après lui, l’action de ce vaste mouvement citoyen pour le changement par la refondation du Mali a été parachevée par des éléments de nos forces de défense et de sécurité regroupés au sein du Comité national pour le salut du peuple (CNSP). Cependant, pour Me Mountaga Tall , ce Comité n’a pas compris que la réussite de la Transition passait par une saine et loyale collaboration avec le Mouvement du 5 juin. « Aujourd’hui encore, le Cnid-FYT inscrit pleinement son action dans celle du M5-RFP et pour cette raison ne participe ni au gouvernement de la Transition ni au Conseil national de la Transition », a clarifié Me Tall.
Toutefois, dira le leader du Cnid, un parti fort dans un Mali refondé suppose d’abord la pleine réussite de la Transition. «Nous y sommes pleinement engagés même sans notre présence dans les organes de la transition. Car nous ne laisserons rien ni personne annihiler l’extraordinaire opportunité de refonder le Mali », a-t-il déclaré, ajoutant que les participants doivent, par des mesures, à adopter au sortir de ce congrès, accroître leur empreinte sur la vie publique nationale et rendre le parti plus fort et plus attractif sur la scène politique.

À en croire Me Tall, le Cnid est la 5è force politique sur plus de 200 partis dans notre pays. Cette position, selon lui, est attestée «officiellement » par le ministère de l’Administration territoriale et la Délégation générale aux élections à travers l’aide publique aux partis politiques. Malgré cette prouesse enregistrée, la formation ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. « Si nous ne sommes que 5è au lieu d’être 1er, c’est parce que nous avons des lacunes à combler, des insuffisances à corriger. Nous devons donc sans aucune complaisance identifier ces déficiences», a exhorté le patron du parti du «Soleil levant». De ce fait, Me Mountaga Tall invitera ses camarades à rendre le Cnid, un parti au pouvoir et non celui y participant. Cet objectif, pour lui, n’est pas au-dessus de leurs moyens. « Par le passé, nous y avons été très proches. Donc, oui, nous le pouvons », a-t-il lancé. Lors de cette rencontre, une minute de silence a été observée à la mémoire du président de l’Union pour la République et la démocratie (URD), Soumaila Cissé, décédé le 25 décembre 2020 en France.

Bembablin DOUMBIA

autho

Bembablin Doumbia

ARTICLES CONNEXES

VOIR TOUT

LES PLUS RECENTS

VOIR TOUT

LES PLUS LUS

VOIR TOUT

TWITTER