single

L’état d’exécution des engagements pris par les parties ; l’appréciation de l’état d’avancement du Projet et l’atteinte de ses résultats sur la base des rapports d’exécution et l’approbation des programmes d’activités présentés par les structures impliquées dans la mise en œuvre du Projet, tels étaient les principaux points qui ont retenu l’attention des membres du 1er comité de pilotage du Projet d’appui au développement économique des territoires ruraux des Régions de Ségou et de Tombouctou (Pader), tenu hier au ministère de l’Administration territoriale et de la Décentralisation.

La cérémonie d’ouverture des travaux était présidée par le ministre Abdoulaye Maïga, en présence du directeur général adjoint de l’Agence française de développement (AFD) Sébastien Demay. La rencontre a aussi enregistré la participation des présidents du Conseil régional de Ségou, Siaka Dembélé, de l’Autorité intérimaire de Tombouctou, Boubacar Ould Hamadi et bien d’autres responsables des collectivités territoriales concernées.

Le Pader vise à contribuer à lutter contre la pauvreté par le soutien au processus de développement économique des territoires. D’une durée de quatre ans (2021-2024), il bénéficie d’une enveloppe d’environ 22 milliards de Fcfa. Dans son discours d’ouverture, le ministre en charge de la Décentralisation a rappelé les résultats appréciables obtenus dans le cadre de la mise en œuvre du projet.

Il s’agit, entre autres, de la validation du rapport annuel d’exécution technique et financière du Projet ; de la validation d’un guide de mobilisation et d’utilisation des ressources du Projet ainsi que de l’élaboration d’un plan de passation des marchés et des plans de décaissements. En outre, le lieutenant-colonel Abdoulaye Maïga notera que pour l’atteinte de l’objectif du Pader, près de 82% de l’enveloppe financière, soit plus 17 milliards de Fcfa, est consacré au financement des investissements et activités connexes au développement économique régional.

Occasion pour le ministre Maïga d’indiquer que les projets prioritaires financés par le Pader, notamment les aménagements pastoraux dans la zone de Daouna (Région de Ségou) et ceux hydro-agricoles dans le Lac Horo (Région de Tombouctou), sont des initiatives d’envergure régionale. «C’est cette particularité qui justifie qu’ils aient été retenus dans le cadre des Contrats plans État-Régions de Ségou et Tombouctou», a-t-il expliqué. Le ministre s’est dit convaincu qu’à terme, ledit Projet contribuera irréfutablement à l’atteinte des objectifs du document cadre de politique nationale de décentralisation.

Selon le directeur général adjoint de l’AFD, à travers ses deux composantes, le Projet permettra la réalisation d’investissements productifs structurants dans le secteur agro pastoral et apportera des appuis institutionnels aux maîtrises d’ouvrage, aux maîtres d’ouvrage délégués ainsi qu’aux partenaires de mise en œuvre des activités du Pader. Il s’agit, a énuméré Sébastien Demay, les Chambres d’agriculture, les Agences de développement régional (ADR), les ONG et les organisations paysannes et syndicales.


Aboubacar TRAORÉ

autho

Aboubacar Traoré

ARTICLES CONNEXES

VOIR TOUT

LES PLUS RECENTS

VOIR TOUT
editor

Bamako très sale

LES PLUS LUS

VOIR TOUT

TWITTER